Broye-Jorat – Le refuge de Pierre-Blanche en sursis

De nouvelles et conséquentes déprédations ont à nouveau été constatées

Didier Gétaz, Garde forestier du triage de la Haute-Broye | Autrefois utilisé comme abri par les bûcherons lors des exploitations forestières hivernales, le refuge de Pierre-Blanche n’abrite aujourd’hui plus que les promeneurs cheminant sur les sentiers pédestres des forêts de l’Erberey. Il fait maintenant partie du patrimoine forestier, historique et culturel de la région. Son revêtement en écorces d’épicéas en fait d’ailleurs l’un des rares refuges du canton et sans doute l’un des deux seuls du plateau romand de cette nature. Son avenir n’est toutefois plus assuré et ses jours sont peut-être même comptés. Depuis quelque temps, de nombreuses déprédations sont régulièrement constatées sur plusieurs sites aménagés et dédiés au rôle d’accueil de la forêt et plus particulièrement sur le refuge de Pierre-Blanche. Malheureusement lors d’une récente visite des différents refuges, propriétés du canton en compagnie des représentants de la DGIP (Direction générale des immeubles et du patrimoine), de nouvelles et conséquentes déprédations ont à nouveau été constatées. Les écorces constituant le revêtement des façades du refuge ont été en grande partie arrachées, ces déprédations qui peuvent sembler mineures et futiles à certaines personnes, sont toutefois des actes de vandalismes bêtes et stupides qui nécessiteront des travaux conséquents et coûteux afin de remettre ce refuge en état. Au cours des deux dernières années, des réfections ont dû être réalisées à trois reprises avec des coûts se chiffrant à chaque fois en milliers de francs. En conséquence de ces actes de vandalismes, une plainte pénale sera déposée et une étude aura lieu au niveau cantonal pour décider du bien-fondé de l’octroi de nouveaux crédits pour la réfection de ce refuge et de son maintien ou de sa démolition. Est-il judicieux de dépenser chaque année des milliers de francs pour remettre en état un lieu mis à disposition du public si une partie de ce public même infime n’est pas capable de le respecter ? Tant au niveau de la municipalité d’Oron que du groupement forestier Broye-Jorat, il y a une volonté d’offrir à la population locale des lieux de détente et de loisir en forêt, de nouvelles structures ont récemment été créées et d’autres sont actuellement en cours d’aménagement. Ces aménagement demandent du temps et ont un coût. Il est regrettable de constater qu’à cause du comportement inapproprié et irrespectueux de certaines personnes n’ayant pas d’occupation plus intelligente, la pérennité de ces lieux est menacée et que dans le cas du refuge de Pierre-Blanche c’est une partie du patrimoine local qui est menacé.