Avec deux crédits d’investissement et deux crédits d’étude,Oron fait du 4×4 pour les nouveaux véhicules de la voirie

Conseil communal du 15 mars

Thomas Cramatte | Le premier rassemblement des autorités communales a eu lieu le lundi 15 mars. Lors de ce dernier, quatre préavis étaient au programme. Les 54 membres présents ont ainsi voté pour l’investissement de nouvelles conduites d’eau à la hauteur du chemin de la Poya. Le Conseil s’est également prononcé afin d’établir les mesures à prendre concernant la présence du chlorothalonil dans le réseau hydraulique, l’adaptation des bâtiments du service de voirie et l’acquisition de nouveaux véhicules pour ce dernier.

Conduite à Clos Corboz

La Municipalité a étudié deux variantes avec l’aide d’ingénieurs. Cela a permis d’établir une première intervention ne concernant que le remplacement de la conduite d’eau aux abords du chemin de la Poya à Oron-la-Ville. Une remise à neuf qui est estimée à 165’300 francs. L’autre alternative propose une meilleure cohérence du point de vue du réseau hydraulique. Car, en réalisant un bouclage par le Nord du chemin de la Poya et la route de Moudon, les ingénieurs ont établi qu’en cas de fuite, la boucle permettrait de rétablir les besoins en eau des habitants avoisinant ces quartiers plus aisément. Nécessitant un travail plus important, cette variante est estimée à 241’100 francs sans le remplacement de la conduite défectueuse. La Municipalité demande alors au Conseil communal d’accorder un crédit d’investissement de 260’000 francs pour la totalité des travaux, ce qui a été par ailleurs accepté à l’unanimité. 

Pesticide dans l’eau 

La présence du chlorothalonil dans le réseau hydraulique helvétique a énormément été débattue ces derniers temps. Pour Oron, cette substance avait pour la première fois été détectée en septembre 2020. Via un tout-ménage distribué à l’automne, la commune avait rassuré ses habitants en expliquant que la valeur maximale admise par l’Ordonnance du Département fédéral de l’intérieur (DFI) était très légèrement dépassée. Les préambules de ce préavis mentionnent par conséquent que, selon l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, ce surcroît ne présente pas de danger pour la santé. La demande de crédit de ce deuxième préavis prévoit une étude de 65’000 francs pour établir les mesures à prendre au sujet du chlorothalonil. Pour un total de 245’000 francs, cette requête de financement inclut également la mise en œuvre d’un forage (pour 180’000 francs) des ressources en eaux souterraines au Bois du Mont à Oron-la-Ville. Les discussions sont alors ouvertes, mais celles-ci étant relativement brèves, le président du Conseil procède au vote. Un objet accepté à l’unanimité. 

Crédit complémentaire

Suite à l’emménagement des hommes du feu dans leur nouvelle caserne, il avait été défini que les anciens locaux du SDIS seraient destinés au service de voirie. Par ailleurs, un architecte avait chiffré cette adaptation aux environs de 546’000 francs. Au programme de cette mise à jour, l’augmentation du volume de 84m3 du bâtiment actuel, soit de 281m3 à 365m3. Hormis cela, on retrouve des travaux de maçonnerie, l’intervention de charpentiers ainsi que la pose de paratonnerres, sans compter l’installation de nouvelles fenêtres et de panneaux solaires. Le tout pour un coût de 390’000 francs. Ce crédit d’investissement est accepté à l’unanimité. La séance continue avec un autre crédit d’investissement. Cette fois-ci, il s’agit de voter pour l’acquisition de quatre véhicules pour les services de voiries et bâtiments. Si aujourd’hui trois véhicules nécessitent un remplacement en raison de leur usure, le service de voirie envisage d’effectuer la fauche des bords de route et l’élagage des haies au moyen d’une épareuse. Actuellement, un tracteur possédant 4000 heures au compteur permet de réaliser une partie de ces tâches. Mais celui-ci ne permet pas l’utilisation d’une épareuse électrique. Ce véhicule agricole fait aussi office de saleuse lors des chutes de neige. La nouvelle épareuse (216’000 francs) permettra de réaliser l’ensemble de ces travaux via divers accessoires. Ce deuxième crédit d’investissement intègre ainsi un véhicule électrique pour 47’000 francs, un véhicule utilitaire thermique pour 50’000 francs et un pick-up pour un prix avoisinant 44’000 francs. Soit un total de 357’000 francs. Malgré quelques interrogations concernant l’achat de 216’000 francs pour l’épareuse, ce préavis est accepté à une large majorité.