Ad nauseam

Coûts de la santé, population vieillissante, que de bons prétextes pour nous faire avaler la pilule récurrente de l’augmentation de l’assurance maladie. Habilement calculée en pourcentage, elle reste « constante » mais la somme payée année après année ne l’est pas… une arnaque montée de main de maître dont nous restons captifs.

La cause en serait la trop forte utilisation de ladite assurance, mais bien sûr ! Sous l’iceberg se cache un océan de glace ; 50’000.- pour calmer les velléités d’un politique, combien pour les lobbyistes ? Et quid de ceux qui siègent dans les conseils d’administration – réels organismes de contrôle – pour qui, c’est digne d’un rendez-vous chez le DRH…

Le contrôle des primes par les assureurs et les pharmas coûte cher en lobbying, et l’augmentation des assurances ne se situe pas ailleurs !

Quitte à tout mélanger, qu’en est-il des rémunérations des directions ? Dans les entreprises privées, ils peuvent se permettre de ne pas répondre, selon le récent commentaire de Susanne Ruoff, directrice générale de La Poste, service public… Cette même dame est tout de même bien forcée de confirmer ses… 940’000 francs annuels. Mais « les gens compétents coûtent cher, savez-vous ! »… tout à fait ma bonne dame ! Mais décomposer allègrement un service public, un incompétent y parviendrait à moindre frais.

Mauro Poggia et Pierre-Yves Maillard ont du pain sur la planche… savonneuse sans aucun doute !

Du coup, j’ai la nausée, il va falloir que je prenne rendez-vous chez un spécialiste…