Un journal en bois

A l’heure où les informations sont véhiculées par des médias virtuels, voici un véritable journal en bois d’arbre !
Des prédictions nous annoncent en grande pompe la fin du journal papier au profit du nouveau vecteur électronique. L’abattage d’hectares de forêts doit cesser. Ces arbres nous fournissent non seulement meubles, charpentes et papier mais aussi l’air que l’on respire.
La disparition des forêts est un sujet de prédilection pour les médias tant est quasi garantie l’unanimité du lecteur autour du sujet. Un sujet dont on parle moins, et qui s’annonce d’autant plus complexe, est celui des ressources nécessaires à la transmission d’informations via le vecteur virtuel. Qu’en est-il des ressources de cuivre, d’or et d’autres minerais nécessaires à la fabrication d’une tablette, de l’électricité ou du maintien d’un réseau planétaire digne de ce nom ? Ces ressources sont-elles inextinguibles ? Sont-elles issues d’un fairtrade et qu’en est-il de leur traçabilité ?
Contrairement à ces dernières, le bois est traçable, ne tombe pas en panne, et il nous est possible de savoir s’il est issu d’une culture durable et comment il finira. Ce n’est certainement pas la panacée, mais c’est déjà là un bon début…
Dans la même veine, les autorités et autres intervenants de notre canton ont réagi de manière remarquable concernant la construction de la future salle du Parlement vaudois (lire en page 10). En choisissant de faire parler le partenariat régional plutôt que les sacro-saintes lois économiques, c’est un tissu socio-économique vaudois durable qui est mis en avant. Dans une région forestière comme la nôtre nous ne pouvons que nous réjouir de ce juste retour en espérant des réflexes similaires sur d’autres sujets.
In fine, votre hebdomadaire vous propose dans cette édition la présentation par la Municipalité d’Oron de son dicastère des forêts. De l’information constructive en somme…