Un chemin d’amour Michel de Rossens – Editions Edilivre

Milka  |  Michel de Rossens est né le 30 avril 1936 dans une famille de la campagne fribourgeoise. Il a vécu son enfance et son adolescence en Suisse romande. C’est à Morges, à l’âge de 20 ans, qu’il rencontre la compagne de sa vie. Rencontre en 1956, mariage en 1957. A l’époque, on se mariait jeune et en principe c’était pour la vie. Encore fallait-il avoir la chance de tomber sur la bonne personne. Et bien je crois que Michel de Rossens a eu cette chance-là. Cette femme qu’il a aimée par-dessus tout a été d’un appui indéfectible tout au long de sa vie.

C’est une vie somme toute banale qu’il nous raconte. Banale mais heureuse. A-t-on toujours besoin d’événements exceptionnels pour être heureux? En lisant ce livre, vous vous rendrez compte que non. Il nous raconte sa vie avec Sylvia, sa femme, mais aussi ses trois enfants, sa belle-famille, et ses petits-enfants. Une vie bien remplie tant par sa vie familiale que par sa foi inébranlable. En le lisant, je me disais que cette vie pouvait ressembler à celle de mes parents, de mes oncles et tantes, de toutes les personnes nées à cette époque. Une époque où on se contentait de peu, où le bonheur tout simple suffisait à vous rendre heureux.

Je me suis demandé quel lecteur ce livre pouvait intéresser. Des gens simples comme lui, qui retrouveront certainement des parallèles avec la vie de leurs parents. Des lecteurs dont je fais partie, qui aiment les histoires ordinaires mais non dépourvues d’intérêt. Je trouve que c’est un bel hommage à sa femme bien-aimée. Toutes les femmes de cette époque qui se donnaient sans compter pour leur famille seraient heureuses de recevoir un tel cadeau. Mais c’est aussi une démarche intelligente envers ses petits-enfants pour qu’ils n’oublient pas d’où ils viennent.

Je terminerai par ces quelques lignes de l’auteur à sa bien-aimée:

A ma Silvia tant aimée,

Je voulais te donner quelque chose de spécial pour ton immense amour,

Je ne voulais pas quelque chose qui s’abîme ou qui s’use.

Je voulais quelque chose qui dure, quelque chose que tu pourrais emporter avec toi où que tu ailles…

Finalement, j’ai pensé à quelque chose qui répondait à tous les deux…

Cela ne s’abîmera jamais,

Cela durera toujours, et tu pourras l’emporter n’importe où.

C’est quelque chose que personne d’autre ne peut te donner: mon coeur, mon amour!