Sortie du nucléaire

Jean-Marc Genton, député PLR, Forel (Lavaux)  |  Le 27 novembre prochain, le peuple suisse se prononcera sur l’initiative des Verts «pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire».

La Suisse possède cinq centrales nucléaires, qui disposent chacune d’une autorisation d’exploiter illimitée. Elles peuvent fonctionner aussi longtemps qu’elles sont reconnues sûres. Elles seront retirées du réseau une fois arrivées à la fin de leur durée de vie technique en fonction de leur sécurité.

Les Chambres fédérales se sont prononcées en faveur d’une sortie progressive du nucléaire. Nos centrales ne seront pas remplacées et il ne sera plus possible d’en construire.

L’initiative veut également interdire la construction de nouvelles centrales, ce qui est déjà le cas avec la décision des Chambres fédérales. Mais elle veut, en plus, limiter la durée de vie de celles-ci, même si ces dernières sont considérées en état de marche.

En fait ce que veut vraiment cette initiative, c’est que la Suisse ne produise plus d’électricité à base de nucléaire dans un laps de temps très court. Par contre, elle ne se soucie pas du manque d’électricité pour notre population et nos industries, elle se fiche que l’on importe de l’électricité de pays voisins produite à base de nucléaire ou de charbon.

Elle met toutefois l’accent sur les mesures visant la production d’énergies renouvelables; seulement les mêmes milieux, qui défendent cette sortie prématurée du nucléaire, s’opposent à des projets de parcs éoliens, de rehaussement de barrages, etc., pour des raisons de protection de la nature.

Cette initiative oublie également que notre approvisionnement en électricité ne sera plus garanti, que nos infra-structures ne sont pas suffi-santes pour permettre une augmentation de nos importations, que des demandes d’indemnisation seront faites de la part des centrales. Du reste le patron d’Axpo réclame déjà 4,1 milliards en cas d’acceptation, ce qui paraît démesuré, mais de toute manière indemnisation il y aura, puisque la réglementation en vigueur et l’autorisation d’exploitation illimitée leur ont été accordées.

Pour toutes ces raisons, je vous invite, chères citoyennes, chers citoyens, à suivre l’avis du Conseil fédéral et des Chambres fédérales, soit de sortir du nucléaire de manière progressive, et à voter NON à cette initiative abusive qui veut une sortie quasi immédiate du nucléaire.