Ropraz – Vivre, explorer, partager et inspirer

Voyage avec plus 82’000 kilomètres au compteur

Thomas Cramatte | Voilà 11 ans qu’ils sont montés en selle. Onze années passées à découvrir le monde, ses civilisations, ses cultures et ses richesses. Avec plus 82’000 kilomètres au compteur, Céline et Xavier Pasche sont partis en couple. Aujourd’hui, c’est en famille qu’ils s’arrêtent à Ropraz. Rencontre.

Fibie, Xavier, Céline et Nayla avec leurs montures devant la maison de la maman de Xavier. Les filles goûtent aux joies de la neige de leur pays d’origine

Lorsque l’on observe la porte d’entrée de la maison de la mère de Xavier, un objet installé sur la poignée nous certifie que nous sommes au bon endroit. Pour Céline et Xavier, le vélo est partie prenante de leur vie. Pour eux, ce moyen de transport permet de partager, d’explorer, d’inspirer et surtout, de vivre. Vivre le moment présent, à chaque instant. C’est pour ces multiples raisons que pour les deux aventuriers de 42 et 39 ans, la vie est le voyage : « Pour nous, il n’y a pas de retour », explique Xavier Pasche, la tête encore imprégnée de leur traversée de l’Amérique du Nord. Barbe de quelques jours pour lui et cheveux en liberté pour elle, il suffit d’observer leurs regards pour deviner le rythme de leur vie. Ici, on prend le temps, le temps d’observer, de contempler, d’apprendre de l’autre et de soi-même, de vivre avec peu, et sans peur. « On est à l’écoute des murmures de son cœur », précise Céline. Elle, elle est anthropologue de formation, mais aussi professeur de ski et accompagnatrice en montagne. Aujourd’hui, elle est devenue écrivaine, conférencière, voyageuse, et surtout maman. Parti avec Xavier en 2010 alors qu’ils n’étaient encore qu’un jeune couple, ce périple les a forgés à la cadence du monde. Installé à l’étage derrière un bureau, on sent dès les premiers échanges qu’ils n’ont pas encore posé leurs sacs : « Nous sommes arrivés il y a une semaine à Ropraz pour faire la surprise à ma mère », ajoute l’aventurier avant de préciser qu’ils repartiront après la saison froide. Où ? « Nous ne savons pas encore. On ne se projette pas trop, car on ne sait pas de quoi demain sera fait », explique Xavier en prenant exemple sur la situation sanitaire actuelle. 

Départ

Tout commence en 2009, lorsque Xavier rencontre un cyclo-voyageur lors d’un séjour dans les Dolomites : « J’ai discuté avec un cycliste alors que je faisais de l’escalade dans la région. Quand il me racontait ses expériences, je me suis dit: waouh, ça c’est cool, le vélo sera mon moyen de transport ». C’est alors qu’il projette de rejoindre la Nouvelle-Zélande par voies maritime et terrestre en solo. Affectionnant déjà le monde du voyage, mais plutôt sac à dos et à pied, il décide de traverser l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie, en passant par l’Australie avant de rejoindre les Alpes du Sud : « La Nouvelle-Zélande est aux antipodes de la Suisse ». Mais c’était sans compter une autre rencontre peu de temps avant d’enfourcher son vélo : « Nous avons fait connaissance lors d’un festival de musique dans le Val de Bagnes », évoque Céline Pasche. Une rencontre qui va modifier les plans de Xavier, puisque dans l’aventure, il embarque sa bien-aimée. A l’époque, les deux amoureux de nature et de grands espaces n’ont pas de réel intérêt pour le vélo. « Nous aimions surtout le voyage. Car nous avions tous deux déjà beaucoup voyagé seul », précise Céline. Asie, Nouvelle-Zélande, ces destinations, Xavier y a déjà mis les pieds. « Le vélo te permet d’être autonome et de toujours trouver un endroit où planter une tente, si ce n’est pas chez les habitants ». Prévu initialement sur trois ans, le voyage aura nécessité une année pour être préparé. Carte du monde sous les yeux, ils se mettent d’accord sur les pays à traverser afin de rejoindre la Nouvelle-Zélande. « Cela nous a permis de passer par le Liban et la Syrie avant que ce pays ne connaisse la guerre ». Xavier nous expliquera plus tard que le peuple syrien est l’un des plus accueillants qu’ils ont côtoyé et que l’image transmise par les médias ne reflète pas la culture de ce peuple. Ils ont ensuite poursuivi par le Japon, la Corée, en faisant un détour par la Sibérie. « Au lieu des trois ans initialement prévus, il nous a fallu cinq ans pour rejoindre la Nouvelle-Zélande », réagit Céline avec un large sourire. 

Famille de nomade

« Après deux ans, nous avons réalisé que c’était bien plus qu’un voyage, c’était devenu notre vie », explique Xavier Pasche en lançant un regard vers Céline avant d’ajouter : « Si c’est notre vie, pourquoi ne pas avoir une famille ». Une fois l’idée d’agrandir leur duo en tête, ils reprennent la route et les chemins en direction du Népal : « J’avais l’intuition d’être enceinte lorsque nous traversions l’Himalaya. Mais j’ai attendu d’être au bon moment pour l’annoncer à Xavier », se souvient Céline. Une grossesse qu’elle annonça à son compagnon en 2013, devant le mont Everest. Après ce moment majestueux à plus de 5500 mètres d’altitude, les deux cyclo-voyageurs continuent leur aventure pour rejoindre la Malaisie. C’est sur l’île de Penang que Céline donnera naissance à leur première fille, Nayla. « J’ai roulé enceinte au Népal, en Inde, au Bangladesh et en Malaisie ». Cette aventure dans l’aventure a drastiquement changé leur manière de voyager. Après cinq mois à séjourner sur cette île malaisienne, ils reprennent leurs fidèles destriers : « Nous avions des milliers de questions, mais aucune réponse quant à voyager avec un nourrisson », raconte Céline. Toutefois, les nomades reprennent la route avec la même philosophie : « Dans ce genre de voyage, nous devons nous réinventer chaque jour. Mais finalement, c’est la recette pour être libre au quotidien », explique Céline Pasche. Deux ans plus tard, la famille arrive à destination: La Nouvelle-Zélande. Quelque temps sur place, ils repartent en selle avec Nayla à l’arrière, qui contemple le paysage défilant sous ses yeux d’enfant émerveillé. Départ pour la Corée du Sud et le Japon avec les plaines incroyables d’Hokkaido. Une année plus tard, en 2017, ils retournent sur l’île de Penang pour souhaiter bienvenue à leur deuxième fille, Fibie. C’est également à cet endroit qu’ils célébreront leur amour en se mariant. Petite précision: Nayla deviendra le premier enfant à traverser le désert australien de Nullarbor tandis que Fibie sera le premier bébé à franchir le désert de Gobie à vélo. 

82’000 km

Munie de leur éternelle confiance en la vie, aux peuples et à l’humain, la famille Pasche entreprend la traversée de l’Amérique du Nord d’ouest en est. De l’Alaska à Halifax en Nouvelle-Ecosse, les quatre cyclo-voyageurs parcourent les richesses de la nature de 2019 à aujourd’hui. « Nous faisons l’école à la tente », rigole Céline en précisant que leurs filles apprennent les mathématiques et parlent l’anglais et même un peu de japonais.

Les Pasches, c’est aussi 2 livres et un livre photos, qui sera dédicacé le 11 décembre, de 10 heures à midi, à la librairie du Midi, à Oron-la-Ville.

La famille nomade en quelques chiffres

2009 Rencontre de Céline et Xavier

2010 Départ pour la Nouvelle-Zélande

2013 Naissance de Nayla

2015 Arrivée en Nouvelle-Zélande

2016 Départ pour Hokkaido

2017 Naissance de Fibie

2019 à 2021 Traversée de l’Amérique du nord