Puidoux: Aperto libro (à livre ouvert)

Jean-Pierre Lambelet  |  Christa Calpini quitte le Grand Conseil vaudois…

C’est toujours un moment d’émotion lorsque l’on quitte ou que l’on découvre quelque chose. Comme un livre que l’on ferme ou que l’on ouvre.

Pour Christa Calpini, c’est elle qui a décidé de tourner la dernière page de son parcours de députée au Grand Conseil du canton de Vaud et de serrer ses deux mains sur la fourre du bouquin fermé et posé sur ses genoux en levant les yeux vers le ciel, tout en voyant défiler l’histoire d’une vie bien remplie en tant que femme, épouse, maman, aujourd’hui grand-maman, pharmacienne et politicienne engagée.

Née à Bâle, pile poil au milieu du siècle, avec une maman argovienne et un papa fribourgeois, elle a passé son enfance à Delémont, entourée d’une sœur et de trois frères. Puis vinrent les études jusqu’au diplôme fédéral de pharmacienne.

Le 1er janvier 1978, elle reprend avec son époux, Jacques Calpini, la pharmacie de Chexbres des mains de Héli Guex, l’inamovible apothicaire du village durant de longues années. Passionnée par la formation professionnelle, elle s’investit comme commissaire, experte aux examens, responsable de la formation continue, jusqu’à la présidence de la Société vaudoise de pharmacie. Sans parler des autres fonctions sur le plan régional et cantonal, sans oublier de mettre l’accent sur l’une de ses passions: la politique…!

Entrée au Parti radical démocratique du canton de Vaud (PRDV) dans les années nonante, elle y gravit les échelons hiérarchiques jusqu’à sa nomination comme députée pour le district de Lavaux-Oron le 1er juillet 2007. Elle est présente dans un nombre impressionnant de postes de présidence ou de membre de comités divers où son opinion est attendue et écoutée. Elle a aussi conservé son poste de conseillère communale à Puidoux au sein de la commission d’urbanisme.

Une pharmacienne qui a étudié le latin sait bien que curriculum vitae se traduit par «cours de la vie» et il n’est pas possible de relater ici la totalité de celui de cette femme hyperactive qui s’est dépensée sans compter pour des causes diverses qui lui tenaient vraiment à cœur.

Le 21 juin 2016, sa lettre de démission de députée a été lue devant le Grand Conseil vaudois et elle mérite la reconnaissance que ses pairs lui accordent après 9 ans de députation avec une activité intense puisqu’elle a participé à 79 commissions ad hoc dont 9 comme présidente, ce qui représente en moyenne une par mois…!

Merci Madame Calpini pour tout ce que vous avez mené à bien, et sûrement qu’il reste encore quelques pages à écrire dans ce livre de la vie…!

…et Jean-Rémy Chevalley la remplace !

C’est au début de 1959 que ce Chevalley de Puidoux, originaire de Rivaz, a pris pour la première fois la parole sur les hauts de Cremières. Ce don de l’élocution facile ne l’a pas quitté et a facilité un parcours de vie riche en rimes et en charme. Le charme d’abord, puisqu’il est l’heureux papa de 4 enfants qui l’ont déjà transformé cinq fois en grand-père… Pour la rime, chez lui ça rime avec trime !

Il démarre sa vie professionnelle comme agromécanicien avant de reprendre la ferme familiale en 1995. Quand on dit «ferme familiale» en Primapraz, il faut savoir qu’elle s’étend sur 30 hectares répartis en production maraîchère avec vente directe aux consommateurs ainsi que trois marchés hebdomadaires, qu’elle nourrit des vaches allaitantes, des bovins et des porcs à l’engrais, sans compter la culture de céréales, 5 ha. de forêts et pour la bonne bouche des vignes en appellation Epesses, Saint-Saphorin et Dézaley (à votre santé…)

A propos, il en faut de la santé pour gérer tout cela…!

A 20 ans, il entre au Parti radical de la section de Puidoux et fait immédiatement partie du comité. Comme quoi, la valeur n’attend pas le nombre des années…

Puis, chaque fois qu’il descend de sa ferme en direction du village de Puidoux, c’est pour monter d’un cran dans les responsabilités communales! Élu au Conseil communal le 1er janvier 1982, président de la commission de gestion, président du Conseil communal, municipal dès le 1er juillet 2006, il va entamer sa troisième législature en parallèle avec son arrivée comme député au Grand Conseil du canton de Vaud, en qualité de premier des viennent ensuite après la démission de Christa Calpini.

Nul doute qu’il va se plaire dans ce rôle de député PLR et qu’il saura éteindre les feux de l’adversité en tant qu’ancien commandant du corps des sapeurs-pompiers…!

Et comment pourrait-il y avoir des fausses notes dans ce parcours pour un ancien membre de la fanfare Echo des Rochers, qui a lâché les pistons pour aller à la Chorale de Puidoux…?

Nous souhaitons bon vent à cet homme de la nature, pragmatique et autodidacte dans de multiples domaines…