Puidoux – 90 ans de Bertha Lambelet-Bill

Elle adore la vie associative et surtout, elle aime rendre service à son prochain

Jean-Pierre Lambelet  |  Samedi 12 janvier 1929, par un hiver glacial, Bertha Bill est tenue bien au chaud, emmaillotée dans une corbeille à linge posée sur le poêle en faïence de la cuisine familiale au village de Puidoux. C’est que Werner et Elisabeth Bill étaient radieux et admiratifs devant leur premier enfant. Ce n’est que 5 ans plus tard que naîtront trois sœurs et un garçon. Durant cette période entre deux guerres mondiales, la vie était rude et la famille Bill ne roulait pas sur un carrosse doré. Werner et son épouse Elisabeth exploitaient un petit domaine agricole qui arrivait juste à nourrir toute la maisonnée. Bertha a grandi en «sœur ainée» et devait s’occuper de son frère et de ses sœurs en aidant efficacement sa maman et sa grand-maman dans les tâches ménagères et parfois aussi aux champs. Son enfance a été bercée par le «doux son du suisse-allemand» car son papa n’était pas très à l’aise en français.

Elle a des mains d’or Bertha…

Bertha se souvient bien de son premier jour d’école à Puidoux-Village à 7 ans en compagnie de quatre autres enfants de la région. Comme papa ne voulait pas que sa fille fasse un apprentissage, elle est restée à la ferme, un peu comme une deuxième maman jusqu’à son mariage en 1950, à l’âge de 21 ans, avec Gaston Lambelet, le charron qui venait de s’établir comme indépendant au Vergnolet en face du café du Logis du Pont. Au début, elle s’est un peu ennuyée seule avec son mari à deux km de sa nombreuse famille. La vie villageoise lui manquait! Les copains et les copines, les voisins, les amis de la famille qui passaient la porte de la cuisine qui était toujours ouverte sur un moment d’amitié que cultivait précieusement sa maman Elisabeth. Mais, en 1952 est arrivée Martine et en 1953 Arlette, alors là, tout a changé, car elle devenait une vraie maman s’occupant de ses propres enfants… Encore au-jourd’hui, elle a des mains d’or Bertha, en plus de la tenue parfaite de son ménage, elle confectionne des habits pour toute la famille. Elle a fait elle-même son costume vaudois et combien d’autres pour ses filles. D’ailleurs, Gaston disait que si elle achetait un habit neuf, elle allait bientôt le découdre pour corriger un défaut quelque part…! Et passe le temps, passent les ans! Les filles grandissent et quittent le nid familial. Le moment est venu de penser un peu à soi et pendant une dizaine d’année elle s’en va à Lausanne travailler dans un magasin de… tissus bien sûr!

Elle adore la vie associative

Elle fut aussi membre de la Chorale de Puidoux, de la Société de couture, du groupe de danse folklorique Lé Z’Amouèrào, des Paysannes vaudoises et aujourd’hui encore du Fil d’Argent et de la Gym des ainés. Elle adore la vie associative et surtout, elle aime rendre service à son prochain. Et puis, il y a également eu les voyages, un peu partout en Suisse, en Grèce pour rejoindre sa fille Arlette et au Canada pour aller trouver des amis expatriés. Après une sérieuse alerte médicale en 2015, un petit appareil magique a remis son cœur dans le droit chemin avec un bon rythme et elle est maintenant au top du top pour cajoler ses deux petites-filles et une arrière-petite-fille ! Le syndic de Puidoux, René Gilliéron, accompagné de Denis Destraz, municipal, est venu apporter les bons vœux de la commune avec en cadeau un exemplaire d’un journal paru le 12 janvier 1929! Le pasteur Eric Bornand pour la paroisse de St-Saphorin et Rémy Lambelet pour l’Association des familles Lambelet ont félicité Bertha pour sa gentillesse et sa belle forme actuelle…! Elle méritait bien de recevoir un magnifique pain pour déguster pleinement ce moment présent. Daniel Chaubert, président du Fil d’Argent, a rappelé leur enfance commune au village de Puidoux, car ils étaient voisins, en ravivant des souvenirs d’écoliers et d’adolescents avec malice et tendresse. Bravo Bertha pour ce bel anniversaire et que cette remarquable forme puisse durer encore longtemps!

De gauche à droite : ses filles Martine et Arlette, Bertha Lambelet, Valentine petite-fille, Nina arrière-petite-fille et le mari Gaston