Politique locale – Les Verts

Les Verts s’enracine dans le district

Thomas Cramatte | Les mouvements écologiques ont marqué la politique nationale de 2019. Une progression historique pour le parti des Verts qui a gagné 17 sièges au Conseil national. Une année plus tard, la crise sanitaire éclipse quelque peu celle du climat. Pourtant, le nombre de candidats représentant les Verts ne cesse de croître en vue des futures élections communales.

La députée au Grand Conseil vaudois, Josée Martin, devant les bâtiments de l’administration communale de Savigny

Première mondiale

Il y a 41 ans, l’ancien syndic de la ville de Lausanne, Daniel Brélaz, avait ouvert la voie aux partis politiques œuvrant en faveur du climat. Avec son élection au Conseil national en 1979, il devient le premier écologiste au monde à siéger dans un parlement national. Une preuve que la population devenait plus sensible à la cause écologique. Représentant le Groupement pour la protection de l’environnement (GPE), Daniel Brélaz plante ainsi les racines du mouvement écologique en Suisse romande. Suite au succès rencontré, le parti des Verts est officiellement fondé en 1983. Regroupant plusieurs alliances et organisations, la reconnaissance des Verts se concrétise en 1991 en obtenant quatorze sièges au Conseil national. Pourtant, il n’était pas chose aisée que de trouver des représentants. « A l’époque, nous arrivions péniblement à avoir quatre à cinq listes pour les Conseils communaux dans le canton », commente Daniel Brélaz. « Aujourd’hui, c’est plus d’une dizaine de nouvelles listes qui sont déposées dans des communes où ce parti n’avait jamais été représenté. » 2019 marque un tournant pour la cause climatique. Avec 170 grèves du climat, une vague verte a littéralement déferlé sur 60 villes du pays. Toujours plus conscients des problématiques liées à l’environnement, les citoyens avaient alors voté massivement en faveur des Verts. Pour mémoire, Les Verts et Les Vert’Libéraux avaient gagné 26 sièges au National (17 pour les Verts et 9 pour les Vert’Libéraux). « Nous sommes fiers de la situation actuelle. Car nous pouvons commencer à concrétiser et résoudre les problèmes écologiques », souligne l’homme politique. Ce record s’explique, d’une part, grâce à la prise de conscience générale de la population et d’autre part, grâce à l’engagement de plusieurs personnalités. La jeune militante Greta Thunberg, appuyée par le prix Nobel de chimie 2017 Jacques Dubochet, avaient largement contribué à promouvoir la cause climatique.  

« Nous sommes fiers de la situation actuelle. Car nous pouvons commencer à concrétiser et résoudre les problèmes écologiques »

Daniel Brélaz

Candidats en hausse dans le district

Le délai pour les candidatures des élections communales 2021 était fixé au 18 janvier. Dans la région, ils sont six à représenter ce parti pour les municipalités. Avec une préférence pour le bas du district, ce sont les municipalités de Belmont-sur-Lausanne, Bourg-en-Lavaux, Lutry, Pully qui verront des candidats verts en lice. Oron diffère les votations communales au 29 septembre 2020 en raison de sa récente fusion avec la commune d’Essertes. A ce jour, on dénombre 92 personnes prêtes à représenter le parti au tournesol dans les Conseils communaux et les Municipalités du district dès 2021. « Un grand nombre de personnes s’identifient à notre parti en raison de leur détermination à s’impliquer dans la défense du climat de manière locale. Avec 19.3% des suffrages exprimés lors des élections fédérales de 2019, nous constituons la deuxième force politique du district », communique Josée Martin, responsable de la campagne des élections 2021 du groupement des Verts Lavaux-Oron. Si le combat pour une préservation du climat intéresse principalement la jeunesse, la déléguée précise que toutes les générations sont représentées parmi les candidats et que la parité des genres est respectée. 

Les Verts actifs aux Conseils communaux dans le district

– 13 sièges à Pully

– 11 sièges à Lutry

– 10 sièges à Savigny

Les verts pour les élections communales 2021

– 31 candidats Verts prêts à rejoindre le Conseil de Pully

– 25 candidats Verts prêts à rejoindre le Conseil de Lutry

– 15 candidats Verts prêts à rejoindre le Conseil de Bourg-en-Lavaux.

– 10 candidats Verts prêts à rejoindre le Conseil de Belmont-sur-Lausanne.

– 11 candidats Verts prêts à rejoindre le Conseil de Savigny

–  8 candidats Verts prêts à rejoindre le Conseil d’Oron

Historique des Verts ou écologistes indépendants aux Municipalités du district

1985  Claude Vienne (Lutry), écologiste indépendant

1990 Fernand Grandjean (Paudex), écologiste indépendant

2006 – 2011  Jean-François Maire (Pully) fut le premier conseiller municipal Vert du district. Dicastère des Travaux et des services industriels

2011 – 2016  Daniel Margot (Pully), conseiller municipal en charge des affaires sociales et des écoles

2016 – 2021  Kilian Duggan (Lutry), conseiller municipal en charge de la sécurité et de la mobilité

Interview de Josée Martin, responsable de la campagne 2021 des Verts dans le district et députée au Grand Conseil.

Pensez-vous que le combat pour la cause climatique est un effet de mode ?

Non, je ne le pense pas. En raison de la configuration géographique de la Suisse, le climat s’y réchauffe plus rapidement que dans d’autres pays. Nous avons déjà gagné deux degrés et les températures ne cessent de grimper. Les glaciers fondent à vue d’œil et nous observons une perte effrayante de la biodiversité. Ces problématiques ne se résoudront pas en quelques années, mais j’espère que l’on arrivera à trouver, décider et mettre en œuvre des solutions le plus rapidement possible.

Quelles différences entre les Verts et Vert’Libéraux ?

Nous n’avons pas le même point de départ. Le parti des Verts s’est construit sur la défense de l’environnement et du climat, même si aujourd’hui, nous avons élargi notre approche pour défendre des positions touchant aux questions sociales et à la justice climatique. Les Vert’Libéraux, comme l’indi-que la deuxième partie de leur appellation, travaillent principalement pour des réformes libérales permettant de renforcer la liberté d’entreprise. En d’autres termes, ils ont pour priorité l’économie, tout en ayant une fibre écologique.

Pourquoi une nouvelle section des Verts a-t-elle été créée à Oron ?

Cette commune a connu un accroissement démographique important ces dernières années. Avec un vote de presque 20% de la population en faveur des Verts lors des élections fédérales 2019 dans la région oronnaise, former un groupement en vue des élections de mars 2021 sonnait comme une évidence pour certains de nos membres.

Quels objectifs dans le district ?

Chaque groupe communal développe ses propres objectifs. S’ils sont libres de proposer de nouveaux engagements, le thème de l’écologie reste bien sûr notre fil rouge commun. Nous souhaitons par exemple développer la mobilité douce, la convivialité, en créant des lieux de rencontre pour tous, et promouvoir la biodiversité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des centres urbains.