Politique locale – UDC

Un siècle d’activité pour l’UDC vaudoise

Thomas Cramatte | Soucieuse des valeurs territoriales, l’Union démocratique du centre fait régulièrement parler d’elle en raison des thèmes abordés lors de ses campagnes. Occupant une place de choix dans le monde politique, le parti est le plus à droite de tous ceux représentés au gouvernement. Le 13 janvier dernier, la section cantonale fêtait ses 100 ans, une année anniversaire qui coïncide avec les votations communales.

Agriculteur et député UDC, Nicolas Glauser est en charge de la section Lavaux-Oron

Fondation

Premier parti défendant les valeurs rurales, le parti radical-démocratique (PRD), fondé avant la Première Guerre mondiale, sera pourtant délaissé par les agriculteurs en raison de sa politique trop proche de l’industrie et des consommateurs. Un parti des paysans verra le jour à Zurich en 1917. « Une poignée d’hommes ont relevé les défis politiques et défendu le mode de vie à la suisse après la Grande Guerre », révèle le communiqué de presse de la section vaudoise de l’UDC. Un an plus tard, le parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB)  est fondé à Berne. De 1929 à 1970, le PAB n’occupe pas une place de choix au Conseil fédéral : « C’était le plus petit parti politique sous la Coupole », écrit Damir Skenderovic, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Fribourg dans son dictionnaire historique de la Suisse. Il faudra attendre le 22 septembre 1971 pour voir fusionner les diverses tendances du monde agricole et artisanal et se réunir sous la bannière de l’Union Démocratique du Centre (UDC).

Phénomène Blocher

En 1992, Christophe Blocher, alors président de la section zurichoise, joue un rôle moteur dans les votations populaires du 6 décembre. Une année animée pour la scène politique helvétique, car les citoyens doivent se prononcer sur l’adhésion à l’Espace économique européen (EEE). Christophe Blocher et les membres de son parti se battent avec acharnement contre l’adhésion à l’Europe. L’initiative sera refusée à 50.3%. Le tribun zurichois continue de représenter les valeurs de l’UDC au fil des ans, et voit son couronnement en 2003, avec l’élection au Conseil fédéral. L’entrepreneur zurichois devient alors « le grand patron » de l’UDC en réalisant un résultat record de près de 29% des suffrages, un record jamais atteint auparavant, tous partis confondus. Collectionnant les opposants, l’ancien conseiller fédéral se remémore : « Nous sommes souvent seul en politique, pour moi, il est inévitable d’être provocateur pour faire avancer les choses », explique l’ancien conseiller fédéral au micro de Pardonnez-moi. Hormis le combat contre l’adhésion de la Suisse à l’Europe, l’UDC luttera également pour l’interdiction des minarets, contre la naturalisation facilitée, le droit à l’asile et l’immigration de masse, pour ne citer que ses principales thématiques. Très populaire, l’UDC possède le plus grand nombre d’électeurs potentiel et détient une majorité de sièges à l’Assemblée fédérale. Le parlement suisse est composé de 12 partis politiques et compte 246 sièges (200 Conseil national – 46 Conseil des Etats). L’UDC, avec ses 62 sièges, représentant 25% des voix, est le parti le plus important au parlement.

Crise sanitaire

Pour la section vaudoise, il est absolument indispensable de renforcer la sécurité afin de garantir un futur serein. L’Union démocratique du centre prône la restriction des déplacements internationaux afin de stopper l’épidémie et l’apparition de nouvelles souches du virus. La Suisse possède suffisamment de denrées alimentaires pour répondre aux besoins de chacun. Ce qui permettrait également de favoriser l’économie nationale. 

Candidats dans le district

Ils seront cinq à représenter l’Union Démocratique du Centre. Le bas du district est largement représenté avec un candidat à Belmont-sur-Lausanne, deux pour la ville de Lutry et une candidate à Pully. Dans le haut du district, seule la commune de Savigny se distingue avec un candidat (voir détails dans l’édition du 21 janvier 2021). Oron et Essertes participeront en automne aux élections communales en raison de leur récente fusion. « Cette partie du district possède la plus forte concentration de membres UDC. Les élections communales auront lieu en septembre prochain », précise Nicolas Glauser.

Interview de Nicolas Glauser, agriculteur aux Tavernes, président de la section UDC Lavaux-Oron et député au Grand Conseil vaudois.

Quels sont les principaux objectifs de l’UDC vaudoise?

Une de nos missions est de mieux valoriser la filière du bois régional. Prenons l’exemple du Parc naturel du Jorat, cet espace protégé produit beaucoup de CO2 en raison des arbres morts laissé à l’abandon. Ceux-ci pourraient être utilisés par la population au lieu d’importer du bois venant de l’étranger. De plus, certains arbres représentent un danger pour les visiteurs des bois du Jorat, alors que d’autres forêts, moins accessibles sont exploitées à l’aide de machines treuillées et pourraient représenter des réserves de faune. Toujours dans l’optique de privilégier l’économie nationale, les membres de l’UDC vaudoise souhaitent réduire les importations de denrées alimentaires internationales pour éviter des transports superflus et l’introduction d’espaces invasives dans nos contrées, comme la moule Quaga qui occupe les fonds du Léman par exemple. En tant que parti représentant le monde agricole, nous faisons passablement d’efforts afin de réduire notre impact sur l’environnement et ménager nos sols. L’UDC souhaite toujours favoriser l’économie régionale en appuyant les producteurs locaux. 

Quels sont les objectifs de l’UDC dans la région ?

Depuis décembre dernier, la section vaudoise s’est beaucoup investie pour éviter la fermeture des restaurants. Les propriétaires de ces établissements n’avaient pas le choix que d’investir dans du matériel sanitaire pour maintenir leur activité. Malgré cela, ils n’ont pas eu d’autre choix que de fermer, nous devons continuer notre combat afin de sauver ce secteur de l’économie.