Politique locale – PLR

Le PLR, un jeune parti centenaire

Thomas Cramatte | Fondé il y a 12 ans, le Parti Libéral Radical (PLR) est aujourd’hui le premier parti politique dans le district Lavaux-Oron. Né de la fusion du Parti Libéral suisse (PLS) et le Parti Radical-Démocratique (PRD) en 2009, le PLR est l’un des plus jeunes partis du pays. Pourtant, il collectionne 160 ans d’histoire politique. 

Délégué au PLR Vaud, Vincent Arlettaz est également vice-président du PLR Lavaux-Oron

Mouvements différents

Le PLR puise ses racines dans les différents mouvements politiques qui l’ont précédé. En 1835 déjà, l’Association nationale réunissait les libéraux-conservateurs des cantons réformés. Cinquante ans plus tard, l’Association patriote suisse est créée et la fraction parlementaire radicale-démocratique voit le jour en 1878. C’est elle qui constitue les fondements du libéralisme parlementaire. Cependant, il faudra atteindre 1913 pour voir apparaître le Parti libéral suisse. Malgré leur notoriété et leurs racines ancrées dans la politique helvétique, le PLS et le PRD doivent faire face à de multiples baisses de leur force électorale. Pour pallier à cela, une union est créée afin de mettre en synergie les forces de la droite libérale. Au fil des années, la frontière entre les radicaux et les libéraux s’amenuise jusqu’à la fusion de 2009. « En l’espace d’un instant, le PLR est devenu le plus grand parti de suisse », explique Vincent Arlettaz, vice-président de la section Oron-Lavaux. Comptant environ 130’000 membres, le PLR a remporté 15.1% des suffrages lors des élections fédérales de 2019. Avec 29 sièges au Conseil national, 12 au Conseil des Etats et 2 au Conseil fédéral, les libéraux sont également largement représentés au sein des cantons et des communes. « Avec plus de 160 conseillers communaux répartis dans les législatifs du district, le PLR est la première force politique régionale. » Qualifié de centre ou de centre droit, le PLR s’engage pour la liberté de choix et l’initiative individuelle. Ses objectifs principaux sont d’offrir un marché du travail attractif, un plus grand nombre d’emplois, une meilleure cohésion sociétale ainsi qu’un système d’assurances sociales satisfaisant.

Crise sanitaire

Pour le PLR Lavaux-Oron, l’essentiel est de trouver des mesures afin de lutter efficacement contre la pandémie. « Car, plus tôt nous arriverons à sortir de cette situation extraordinaire, plus tôt les gens retrouveront leur liberté et plus vite l’économie se redressera », renseigne Vincent Arlettaz, vice-président du PLR Lavaux-Oron. Au niveau des communes, nous avons notamment réalisé des actions pour venir en aide aux commerçants et aux personnes âgées. Les décisions sanitaires émanent des compétences cantonales et fédérales. Au niveau communal, nous n’avons que peu de marge de manœuvre, mais il faudra un consensus aux niveaux cantonal et fédéral avec les autres partis afin que l’Etat compense correctement les conséquences de ses décisions. 

Les membres PLR actifs aux Conseils communaux dans le district

– 43 candidats PLR aux Conseil communal de Lutry

– 39 candidats PLR aux Conseil communal de Pully

– 30 candidats PLR aux Conseil communal de Savigny

– 22 candidats PLR aux Conseil communal de Bourg-en-Lavaux

– 21 candidats PLR aux Conseil communal de Forel/Lavaux

–   9 candidats PLR aux Conseil communal d’Oron

Création du système AVS

Dès les débuts de ce projet, le Parti radical-démocratique s’engagea pour instaurer l’Assurance-vieillesse et survivants (AVS). « En 1939, à l’approche de la Deuxième Guerre mondiale, les Radicaux ne voulaient pas réitérer les problèmes survenus entre 14-18. A cette époque, les hommes mobilisés ne gagnaient aucun argent, l’Assurance perte de gain (APG) est alors instaurée. Sous l’égide du conseiller fédéral Walther Stampfli et les pressions exécutées par la gauche, les Radicaux sortent de leurs hésitations financières et prennent le dessus dans la création d’un système similaire à celui destiné aux militaires. L’AVS voit ainsi le jour en 1947 », explique Olivier Meuwly, historien et auteur de plusieurs livres sur la politique Suisse.

Le PLR dans le district

Interview de Vincent Arlettaz, vice-président du PLR Lavaux-Oron et délégué au PLR Vaud

Quels sont les principaux objectifs de votre parti dans la région en vue des élections cantonales de cette année ?

Notre manière de fonctionner se base sur le fédéralisme, car chaque section communale fixe ses objectifs, ses candidats et son organisation. En tant que premier parti du district, nous souhaitons renforcer notre présence dans les différentes communes pour permettre à celles-ci d’avancer sereinement. 

Quelles sont les thématiques que le PLR abordera en vue des élections et à moyen terme ?

Les besoins sont différents selon les communes. Les questions de mobilité ne sont par exemple pas les mêmes entre Lutry et Jorat-Mézières, les enjeux varient en fonction des exigences régionales. Tout comme l’aménagement du territoire, les communes qui sont pleinement en Lavaux n’ont pas les mêmes contraintes légales que celles situées dans la partie supérieure du district.