Nostalgie quand tu nous tiens !

Jean-Pierre Lambelet | Cette belle fleur blanche ou jaune très odorante s’appelle le narcisse… Pourquoi au masculin? Est-ce dû à Narcisse, jeune homme de la mythologie grecque célèbre pour sa beauté, insensible à l’amour et épris de sa propre image reflétée dans une fontaine où il meurt de désespoir devant son idole insaisissable…?
Toujours est-il que la «neige de mai» qui émerveillait les touristes anglais au 19e siècle a inspiré les dignitaires et hôteliers de Montreux pour célébrer les beaux narcisses lors d’une fête grandiose pour la première fois en 1897 et aussi pour attirer les touristes sur la Riviera.
Et jusqu’en 1957, c’est 24 corsos fleuris qui enchantèrent Montreux et les très nombreux spectateurs venus parfois de fort loin pour admirer les chars décorés par les fleuristes de la région.
Et puis, le narcisse s’est fait discret, se contentant d’embellir les coteaux lorgnant vers le Léman.
Mais quand on vit au milieu des narcisses à Orgevaux au-dessus des Avants et qu’on devient le président de la Jeune Chambre Internationale, n’est-il pas normal que dans la tête de Julien Chevalley germe l’idée de refaire la Fête…!
Or donc, après des mois de travail d’une équipe motivée comme jamais, c’est tout le mois de mai qui a vécu avec le parfum envoûtant du narcisse le long des quais pour finir en apothéose du 28 au 30 mai avec en point final un corso embelli par 300’000 fleurs et pas moins de 1350 figurants défilant avec 26 chars au rythme de 18 fanfares et groupes musicaux.
Que la fête fut belle! Narcisse y aurait nourri son ego à satiété…!
Plus de 30’000 personnes se sont massées le long du cortège admirant l’ingéniosité et le talent des constructeurs de chars tous plus beaux les uns que les autres. Et que dire de la Reine des Narcisses, Margaux Regamey de Saint-Saphorin, élue jeudi soir pour la durée de la fête, que du charme…!
Un grand bravo à la Jeune Chambre Internationale et à tous ceux qui lui ont emboîté le pas, ainsi qu’à tous les bénévoles qui ont gagné un formidable pari sous un soleil éclatant…!
Alors, Mesdames et Messieurs, on en redemande pour dans … ans?