Nan !

Nous pensions avoir atteint des sommets lors des élections américaines et voilà que nos voisins s’y mettent à leur tour ; plus rien n’arrête les politiques, ni les contradictions, ni les abus de pouvoir pas plus que le flagrant délit de main dans le sac. On croit rêver mais que néni ! C’est bien la triste réalité, il suffit de crier à l’information mensongère ou d’affirmer avec un aplomb serein qu’on ira jusqu’au bout pour que plus rien ne fasse obstacle.

De la politique de cour de récré, la politique du « Même pas vrai! C’est çui qui dit qui est ! ».

Ce serait risible si ce n’en était pas dramatique. Ces mêmes sales gosses, après avoir poussé l’égocentrisme jusqu’à l’absurde dans les urnes, seront en charge d’une nation entière, et c’est là que le rire devient nerveux…

D’imaginer que Marine ou François puisse un jour vexer Donald au point qu’il pousse le bouton jusqu’à blâmer Vladimir me donne des sueurs froides… Sans parler de Recep et de Bachar à qui on a volé leur sucette ! Le monde est vraiment trop injuste…

Le règne de l’enfant-roi a donc bel et bien commencé, et le cours de la lolette atteint des sommets.

C’est le retour du passage en force ; « America first ! », « La France aux Français ! » et « Deutschland über alles ! » sont dans un bateau… mais mon Dieu que l’eau est froide ! C’est le retour du protectionnisme, ici un mur, là un château, et qu’on ouvre grand les portes aux investissement dans le réarmement…

– Eh oui ma bonne dame, les temps sont durs pour les autocrates !

Il faut bien reconnaître que nos dictateurs ne ménagent pas leur peine, meetings, coups de gueule ou tweets, alliances et trahisons, c’est un travail de chaque minute!

– Mais bon ! C’est pas tout ça ma bonne dame, la taille n’attend pas et Grégoire est là qui m’attend au caveau…

– Patron! Vite deux!