L’œuvre immense et variée du « photographe du Che »

« René Burri, l’explosion du regard » au Musée de l’Elysée, jusqu’au 1er juin

El Che, reproduction peinte, ap2005

Pierre Jeanneret | René Burri (1933-2014) est surtout connu pour sa célébrissime photo de Che Guevara, le cigare à la bouche, réalisée en 1963, qui est devenue une icône mondiale. Certes, une paroi de l’exposition est consacrée à cet entretien entre le leader cubain et une journaliste du magazine Look, au cours de laquelle Burri réalisa près de deux cent cinquante images. Mais l’œuvre de ce photographe zurichois, l’un des plus importants du 20e siècle, ne se réduit pas à cela ! Elle est immense et extrêmement variée. On découvrira d’abord ses travaux de jeunesse, alors qu’il fréquentait la Kunstgewerbschule Zurich de 1949 à 1953. Il y suivit notamment les cours du photographe Hans Finsler, qui était dans le sillage de la Nouvelle Objectivité. Grâce à l’enseignement de celui-ci, il acquit une maîtrise technique parfaite, le goût de la clarté et des compositions rigoureuses. D’un autre professeur, Johannes Itten, qui avait enseigné au Bauhaus, il apprit les techniques fondamentales du dessin et de la peinture. Une salle, qui propose de belles aquarelles et gouaches, est d’ailleurs consacrée à cet aspect méconnu de son activité artistique. Mais surtout, le Musée de l’Elysée nous invite à une balade à travers cette œuvre énorme et multiforme, de manière très libre, car l’accrochage ne comporte pas de commentaires des nombreuses photos exposées. Et l’on suivra ainsi le parcours de toute une vie de globe-trotteur, qui nous amènera aux quatre coins du monde. Son œuvre comporte des sujets politiques : Fidel Castro à la tribune, reportage pendant la guerre du Vietnam, portrait d’Anouar el-Sadate en couverture d’une revue. Car René Burri, membre de la prestigieuse agence Magnum depuis 1959, a travaillé pour les revues les plus connues, telles Die Woche ou Du. Il s’est intéressé aussi aux aspects de la vie quotidienne, accordant une grande importance à la rue et à la circulation urbaine. Il a abordé aussi le monde de la technologie, qu’il s’agisse des fusées spatiales, de l’extraction du pétrole ou à la construction moderne. Il a réalisé de nombreux portraits, par exemple de Picasso, de Simenon, du danseur Rudolf Noureev. Il a multiplié les autoportraits, mais sans complaisance narcissique, au contraire en recourant à une certaine autodérision. Il a fait de grands reportages, notamment aux Etats-Unis, au Brésil, en Egypte, dans les Emirats arabes, et surtout en Chine où il s’est rendu plusieurs fois. Sans jamais tomber dans l’esthétisme gratuit, son œuvre photographique témoigne d’éminentes qualités. Les cadrages sont toujours remarquables et originaux. Il aimait notamment les prises de vue en plongée et en contre-plongée, ainsi que les perspectives cavalières ou aériennes. Il jouait sur les ombres et les lumières, comme dans cette photo qui montre le corps nu d’une femme enceinte, sur lequel se projettent les rais de la lumière qui a traversé les interstices du store. Si son œuvre est surtout en noir-blanc, il a aussi parfaitement maîtrisé la couleur. Relevons l’existence de ses photomontages, dans lesquels il a incorporé parfois des éléments extérieurs comme des menus, des étiquettes, des tickets de transport, etc. Enfin René Burri s’est toujours intéressé au cinéma. L’exposition présente quelques extraits de ses nombreux films documentaires. Tout cela témoigne à la fois d’une prodigieuse inventivité, d’une capacité à saisir et à photographier le monde, d’une grande variété dans ses sujets et d’une capacité de renouvellement constant. Avec Werner Bischof, René Burri se classe au premier rang des photographes suisses.

« René Burri. L’explosion du regard » Lausanne, Musée de l’Elysée, jusqu’au 31 mai. Entrée gratuite jusqu’à la fermeture du musée en septembre 2020

Autoportrait, Coronado Nouveau Mexique – 1973-1983
Fleurs de lotus sechées sur lac de Kunmiung, Chine – 1964
Mexique, Etat du Chiapas – 1982
René Burri, Xerox, Los Angeles, Etats Unis – 1971

Bio

1933 René Burri naît le 9 avril 1933 à Zurich

1950 Kunstgewerbeschule Zürich, cours de photographie, de graphisme et de typographie. Diplôme en 1953 avec mention «très honorable» 

1955 Se présente à Magnum Photos à Paris

1956 Nombreux reportages pour le New York Times Magazine, Life, Jours de France ou encore Weltwoche, Schweizer Illustrierte et Bunte Illustrierte 

1962 Après de longues années d’exploration et de recherches, René Burri publie son premier livre Les Allemands 

1963 Il est dépêché à Cuba pour le magazine Look, où il rencontre Ernesto Guevara. Portrait du «Che au cigare», dont le succès sera planétaire. En décembre de la même année, il épouse, à Zurich, Rosellina Bischof 

1964 New York, il fonde Magnum Films avec des membres de Magnum Photos 

1966 Première exposition personnelle, China, à la galerie Form de Zurich puis à l’Art Institute de Chicago l’année suivante 

1972 Exposition collective Behind the Great Wall of China: Photographs from 1870 to the Present organisée par le Metropolitan Museum de New York 

1980 Développement de projets plus personnels. Publication d’un aperçu de son travail de collage qu’il poursuit depuis les années 1950 

1982 Vice-président de Magnum Europe

1984 Première rétrospective d’envergure, One World, au Kunsthaus de Zurich. Elle voyagera ensuite à Paris, au Centre National de la Photographie, et à Lausanne, au Musée des arts décoratifs 

1986 Le 30 janvier, son épouse, Rosellina Burri-Bischof, décède 

1987 Son projet photographique réalisé en 1978 sur la conquête spatiale aux Etats-Unis, Les Ruines du futur, est exposé au Musée de l’Elysée. 

1989 René Burri assiste à la chute du Mur de Berlin 

2004 Exposition René Burri – Rétrospective 1950-2000 à la Maison européenne de la photographie à Paris, puis à Lausanne au Musée de l’Elysée, et enfin à Milan au Palazzo Reale. Cette exposition voyagera dans une dizaine de lieux entre 2004 et 2010 

2010 Durant les dernières années de sa vie, René Burri continue à monter des projets personnels et à voyager à travers le monde. 

2013 Le 27 juin, René Burri participe à la troisième édition de la Nuit des images du Musée de l’Elysée. Cette année-là, une soirée supplémentaire est organisée en l’honneur du photographe afin de fêter ses 80 ans. En juillet de la même année, René Burri crée sa propre Fondation, abritée encore aujourd’hui par le Musée de l’Elysée 

2014 René Burri décède le 20 octobre 2014 à Zurich