Les «tragopan»

Luc Grandsimon | Nous vous avions parlé du faisan doré dans un précédent numéro, cet oiseau originaire de Chine importé en Grande-Bretagne comme bête d’ornement. Cette semaine, ceux que nous allons vous présenter sont le tragopan satyre (Tragopan satyra) et le tragopan de Temminck (Tragopan Temminkii). Tous deux appartiennent à la famille des phasianidés dans laquelle sont inclus les perdrix, les cailles et bien sur les faisans ainsi que toutes les espèces apparentées comme le coq, les poulettes, les tétraophaes…

Des oiseaux d’altitude
Les deux sortes de tragopan possèdent la même envergure de 50 cm, toutefois le tragopan satyre (1.5 kg) est un peu plus lourd que le tragopan de Temminck (1.1 kg). Le tragopan de Temminck est aussi surnommé «le faisan de la longévité» du fait de la ressemblance de sa bavette avec le caractère chinois «Shou» signifiant «longévité». D’ailleurs, il était gardé en cage comme symbole de porte-bonheur en Chine.
Ces deux oiseaux fréquentent les forêts d’altitude. «Le tragopan satyre se trouve dans l’Himalaya: en Inde, au Népal, au Bhoutan et dans quelques petites régions de Chine proche de la frontière entre le Bhoutan et le Népal. Il vit entre 3000 et 4000 mètres d’altitude.
Le tragopan de Temminck, lui, se rencontre au sud de la Chine, au nord-est de l’Inde, au nord de la Birmanie et au nord du Vietnam» nous explique le directeur du Zoo de Servion, Roland Bulliard.
Une parade élaborée
«Durant la période nuptiale, le tragopan satyre développe deux types de parades et de rituels nommés «parade latérale» et «parade frontale».
Le nom de ces parades est déterminé en fonction de la position du mâle face à la femelle. Dans la parade latérale, il montre un côté à la femelle alors que pour la frontale il lui fait face à un mètre de distance. Il ébouriffe ses plumes et les fait trembler et frémir. Il achève sa parade en déployant sa poitrine et les plumes de ses flancs en courrant.»

«Vivons heureux vivons caché»
Les tragopan vivent généralement seuls ou à deux. Ils vivent dissimulés dans les feuillages et leur espérance de vie en captivité est de 10 ans. La femelle pond entre 2 et 4 œufs et leur temps d’incubation est de 28 jours. Dans le cas du tragopan de Temminck, le nid est situé dans un arbre.
L’alimentation de ces 2 oiseaux est essentiellement composée de bourgeons, graines, baies et vers.

Des oiseaux peu menacés… pour l’instant
Leurs prédateurs naturels sont la panthère longibande (Neofelis nebulosa), le renard roux (Vulpes vulpes), le chat doré (Profelis temmincki), la grande civette de l’Inde (Viverra zibetha) et l’aigle doré (Aquila chrysaetos). Comme pour la majorité des faisans (et de beaucoup d’autres animaux), ce sont la déforestation et l’homme qui leur sont le plus dangereux. Ils ne sont pour l’instant pas considérés comme très menacés.