Les impressions du petit Nicolas

Le Noël des oiseaux…

Propos recueillis par Rosane Schlup | Aujourd’hui, en classe, on fait la fête de Noël à l’école. Pour l’occasion, j’ai mis la jolie chemise blanche que m’a offerte ma Mamie l’année passée avec le nœud papillon rouge et les Black &White dessus, mais seulement les blacks et du gel. J’étais tout beau, mais c’était un peu compliqué d’entrer dans le bus et de m’attacher avec l’orchidée pour la maîtresse, mon sac d’école et le nœud papillon qui me serrait le cou, mais j’ai à peu près réussi. Pour le déjeuner en classe, cette année, j’étais plutôt tranquille, je devais amener des corn-flakes et ça, c’est plutôt léger. Mon copain Nathan, il ronchonnait parce qu’il avait tiré au sort le pot familial de Nutella. Le plus pire, c’était Jérémie. Lui, il voulait absolument amener du lait des vaches de sa ferme dans un bidon. En tout cas, à cause de tout ça, le chauffeur a fait bien attention de pas freiner pour rien renverser. Quand on est arrivé devant l’école, Marco était déjà là, avec une orchidée pour la maîtresse, mais lui, c’était une blanche. Il aurait préféré une rouge comme les Ferrari, mais c’était sa maman qui avait choisi. Comme on avait un peu de temps grâce au chauffeur, on a décidé de faire une partie de tirs au but, vite fait. Les orchidées, ça va aussi bien que les cônes pour les poteaux, sauf que ça se renverse un peu tout le temps. Le déjeuner, c’était sympa. Jérémie a pas eu trop de succès avec son lait. Il avait un drôle de goût. C’est parce que c’est du vrai lait de vache de la ferme a dit la maîtresse et qu’on a pas l’habitude. Je me demande quand même comment on fait le faux lait de vache du magasin. Après on a dû ranger et on avait du travail à faire, à cause du Noël des oiseaux. On devait couper des oranges en deux, presser le jus, faire des trous dans les coques d’oranges vides, et mettre une ficelle pour suspendre. On a bien aimé mettre les doigts dans le saindoux et mélanger avec les graines. Il fallait encore remplir les coques et après aller amener ça dans la forêt et suspendre à des branches mais un peu haut à cause des renards. C’était important de finir tout ce travail le matin si on voulait pouvoir voir le film de l’après-midi avec les copains de la classe parallèle. Dans la forêt, Coralie a encore pleuré à cause des loups, des lynx et des ours que Nathan entendait et elle a eu peur. Nathan a bien essayé de la rassurer en lui disant que les loups mangeaient pas les hommes, mais Coralie ça l’a pas rassurée parce qu’elle, c’est une fille, alors elle a encore pleuré. Mais à la fin, y avait pas de loups et les filles sont rentrées saines et sauves à l’école. J’étais très content de raconter tout ça à Maman à midi, sauf qu’elle a pas trop apprécié le Noël des oiseaux. Ma chemise avait des taches de doigts bien gras sur le devant et sur le côté. C’est vrai que dans l’action, j’ai oublié de mettre mon tablier de peinture et que j’ai fait comme les grands chefs cuisiniers qu’on voit à la télé. Une fois que maman a dit tous les noms d’oiseaux quelle connaissait, elle s’est calmée. Y a plus qu’à croiser les doigts et à espérer que ça parte au lavage a dit Maman ou que Mamie t’offre une autre chemise. Du coup, pour l’après-midi, j’ai mis un pull à carreaux bruns. Ca tombe bien, cet après-midi, on regarde le film de «Charlie et la chocolaterie». Nicolas, 7 ans et demi