Le Voyage de Nina

Milka | Encore une fois une découverte, lors d’une visite à Livres sur les Quais à Morges. Ma fille se précipite en voyant cette auteure en me traitant presque de ringarde parce que je ne connais pas. Elle me dit: mais oui, c’est celle qui a écrit «La vie d’une autre»! Connais pas non plus ! Donc elle me dit qu’elle va me le prêter.
Donc je me lance tout en trouvant la couverture quelque peu ringarde, elle pour de vrai. Pas moi ! Vous suivez ?
C’est l’histoire d’une adolescente, Nina. Elle s’appelle Nina comme la chanteuse de jazz Nina Simone. Elle est le centre du monde de ses
parents, artistes. Jusqu’à ce que ceux-ci meurent brutalement dans un accident d’avion. Elle est immédiatement placée chez ses grands-parents, qu’elle ne connaît pas puisque ses parents étaient brouillés avec eux depuis longtemps et qu’elle ne les a jamais vus. C’est immédiatement difficile. Un grand-père borné, militaire, une épouse soumise et coincée.
Heureusement qu’elle a sa bande de potes. Elle va imaginer sa fuite et ses potes vont l’aider jusqu’au bout. Mais une fois sur le chemin, seule, elle va devoir se débrouiller par elle-même. Et faire des rencontres, des bonnes comme des mauvaises. Tous les voyageurs qui aiment partir sur les routes vous diront que c’est beaucoup plus facile de faire des rencontres si on voyage seul. Mais elle est seule, mineure et naïve. Elle ne verra pas toujours les mauvaises intentions de certaines personnes. Mais elle aura toujours de la chance, comme si ses parents veillaient sur elle. Elle va rencontrer le grand amour, le passionnel, celui qu’on ne rencontre qu’une fois dans sa vie (si on a de la chance).
C’est un voyage fascinant, qui commence par l’Espagne et se termine au Maroc. Je ne sais pas si c’est mes connaissances de l’Espagne qui m’ont fait visualiser chaque lieu qu’elle traverse où si c’est le talent de l’auteure. L’arrivée au Maroc est très forte visuellement aussi. Donc finalement, ce doit être le talent de l’auteure. Elle y décrit les conditions de vie des gens qu’elle rencontre, notamment celles des ramasseurs de fraises de Huelva qui vous reviendront à l’esprit chaque fois que vous achèterez des fraises d’Espagne.
Une autre chose surprenante dans ce livre, la bande-son à la fin de l’ouvrage. Je l’ai découverte avant de commencer le livre, donc je m’y suis référée tout au long de ma lecture et c’est très agréable.
En clair, achetez-le ou empruntez-le, mais lisez-le !