Le début de tous les possibles

Ana Cardinaux  |  Une nouvelle année, c’est le début de tous les possibles.

C’est le recommencement de quelque chose de nouveau, faire de l’ordre, à commencer par son ordinateur. Des dossiers à supprimer d’un coup de souris, un geste facile et sans danger puisque la corbeille reste à portée de main au cas où par mégarde un déplacement se ferait trop brusquement.

Faire le rangement dans ses armoires c’est une autre paire de manches, beaucoup plus difficile. Devant une penderie pleine d’habits datés de mille ans, expression de mes jeunes, je ne sais jamais si je peux m’autoriser à m’en débarrasser. On est vite découragée, que d’énergie perdue!

On aimerait tout garder, et puis tout d’un coup une odeur de vieux carton viens titiller mon odorat… le coupable, c’est la boîte de vieilles cassettes que je viens de remonter de la cave, j’écoute une d’entre elles, le son n’y est plus, j’essaye encore une et puis je me rends compte que finalement si je les avais jetées le siècle passé cela aurait fait tout simplement de la place et donc de l’ordre dans ma cave.

La question est toujours là, dans la vie il arrive aussi qu’on ne sait pas, déjà Socrate philosophe grec du Ve siècle av. J.-C. disait «tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien, tandis que les autres croient savoir ce qu’ils ne savent pas».

Ce qui finit tout de même par se savoir !