La Saint-Vincent de Villette

JPG  |  Une tradition, instaurée par le grand-abbé honoraire Joseph Hug, est bien celle de la St-Vincent qui se déroule à Aran depuis 1994. Elle sera reconduite samedi 28 janvier, de 10h30 à 19h, pour sa 24e édition, certainement sous un soleil reconnaissant de la place qui lui est faite en bouteille! Elle est patronnée par Vincent Chollet, président du caveau des vignerons d’Aran; ceux-là ont tout mis en œuvre pour que la fête rime avec convivialité. Devant la grande salle des Mariadoules, non seulement les amis des vignerons, mais curieux et surtout amateurs de bonne chère – à saucisse en l’occurrence – pourront «refaire le monde» et deviser sur les projets de Bourg-en-Lavaux. Les enfants ne seront pas oubliés puisque qu’ils disposeront d’un local et des animations qui leur sont propres, où ils pourront exercer leurs talents de dessinateurs et bricoleurs. Un sentier des dictons pourra être parcouru et fera l’objet d’un concours. Outre les vins blancs et rouges du cru, un vin chaud sera servi sur la place des Echelettes. De ce point de mire exceptionnel, comme déjà depuis la place des Mariadoules, le visiteur pourra apprécier ce merveilleux Lavaux, le Léman et la Savoie, sans aucun doute inondés d’une luminosité exceptionnelle. Et si Jean Rosset devait être absent, vous pourrez de toute manière apprécier le repas où trônera une spécialité bien vaudoise: la saucisse aux choux. Les magnifiques boucles seront cuites dans la distilleuse, prenant ainsi un parfum particulier sur leur lit de marc où elles reposent de 20 à 40 minutes, sous la vigilance de Pascal Dance et Hubert Testuz. L’accompagnement incontournable sera le papet vaudois. La boulangerie Martin apportera les compléments salé ou sucré, propre à satisfaire les palais les plus gourmands. Au cours de la journée, les récompenses seront remises aux gagnants de Vign’Heroes, jeu de piste estival imaginé par les vignerons du caveau de Villette pour sensibiliser les participants à leur métier. Vous craignez de ne pas trouver de place de parc: aucun problème, un service de bus navette gratuit vous transportera de 11h à 20h, à partir de la gare de Cully, de Grandvaux et du terminus du No 9 de Lutry jusqu’à Aran et retour. Alors, n’hésitez plus et rejoignez le lieu ce fête conviviale!

Pourquoi la St-Vincent  et son historique

Cette fête marque en effet le démarrage des travaux de la vigne, le vigneron de l’hiver s’en va tailler le cep plein de promesses afin qu’il porte à nouveau du fruit. En cave, les miracles de la fermentation terminés laissent présager un millésime de premier choix. Pour mémoire, rappelons que la St-Vincent est le patron des vignerons en général et du Bugey en France. Diacre de l’évêque de Saragosse en Espagne, il a été martyrisé en 304. Au début du 6e siècle quelques-unes de ses reliques ont été ramenées en France. Pourquoi les vignerons l’ont-ils choisi comme Saint Patron? La raison est aujourd’hui oubliée. A priori, horreur des tortures et joyeuses dégustations, ne font pas bon ménage! Il y a donc là un signe fort. Etait-il lui-même dans le métier? On sait qu’un commerce intense de vin se faisait entre Rome et l’Espagne. Ce n’est pas n’importe quel martyr qui fut choisi. Il y en eut tant à cette époque. Il se pourrait bien qu’il ait eu un lien étroit avec la profession avant les évènements qui le firent tant admirer. Est-ce par analogie avec le vin qui provient d’une vigne «torturée» par la taille, d’une grappe écrasée, à cause du jus sucré sublimé en alcool par la fermentation, vin qui finalement réjouit le cœur de l’homme? Etait-ce pour prendre le contre-pied du dieu du vin, Bacchus? Il est, en quelque sorte, le symbole de la décadence de Rome. Bacchus, image dégradante pour l’homme, était vaincue par la grandeur d’âme de ce nouveau patron. S’élever au-dessus du seul plaisir des sens n’est-ce pas le but recherché en créant de bons et délicieux produits. Saint-Vincent peut être représenté en dalmatique, vêtement liturgique du diacre, montrant le livre de l’évangile qu’il devait proclamer et suivre, portant la palme des martyrs et une grappe de raisin, une serpette, instrument de son martyre (et de son métier) ou avec une grille, rappelant également ses tortures. II est vénéré partout où l’on fait du vin. On le trouve sur des vitraux, en statue, en image, dans des églises mais aussi dans des caves. Sa fête est célébrée le 22 janvier.