La petite histoire des mots

Payer

Georges Pop | Il va falloir payer ! Les tests rapides pour détecter le Covid-19 vont devenir payants au-delà du 10 octobre. Le Conseil fédéral estime que la collectivité n’a plus à payer le prix de ces tests pour celles et ceux qui ne veulent pas se faire vacciner. Le dépistage pour les jeunes de moins de 16 ans, ainsi que pour les personnes au bénéfice d’un certificat médical, restera gratuit.Le verbe « payer », qui signifie, au propre, offrir ou échanger de l’argent contre un bien ou un service, ponctue sans répit notre quotidien : il faut payer pour se nourrir, se loger, se chauffer ou se déplacer ; il faut payer ses dettes, surtout celles contractées dans son entourage, car selon la formule consacrée, « les bons comptes font les bons amis » ; il faut payer ses factures, celles de ses impôts ou de ses assurances, par exemple, pour ne pas être mis aux poursuites, et donc pour avoir la paix ! Tiens, le saviez-vous ? Les mots « payer » et « paix » sont étymologiquement très intimement liés. Le verbe « payer » est en effet issu du latin classique « pacare » qui veut dire « dompter », « pacifier », mais aussi « faire la paix ». « Pacare », dérivé de « Pax », a pris en bas latin le sens moral de « satisfaire » ou « apaiser ». Ce verbe a fini par passer dans les langues romanes avec un sens plus trivial : « donner de l’argent ». De nos jours, les expressions avec « payer », au figuré notamment, sont innombrables. Quelques exemples ? « Payer de sa personne signifie se donner de la peine, s’impliquer ou s’investir ; « ne pas payer de mine » veut dire avoir une triste apparence ; « faire payer quelqu’un » est synonyme de punir ; « payer un verre » exprime l’intention d’offrir une boisson, « payer d’audace », signifie faire preuve de courage ou de témérité, etc. Le latin « pacare » nous a aussi donné les substantifs « paie » (ou « paye »), qui définit la rémunération ou le salaire d’un travail, et « paiement » (ou « payement ») qui désigne l’action de payer une somme d’argent qui est due, ou ce que l’on donne pour payer. Payer est évidemment moins gratifiant que recevoir de l’argent. Pour le mathématicien et économiste britannique John Maynard Keynes, « Eviter de payer des impôts est la seule recherche intellectuelle gratifiante ». L’acteur et humoriste américain Groucho Marx, divorcé trois fois, était apparemment, quant à lui, très remonté contre ses ex-épouses. Manifestement contrarié par ce qu’elles lui coûtaient, il a déclaré : « Payer une pension alimentaire revient à donner de l’avoine à une jument morte ». Dans un registre à peine moins misogyne, l’acteur est dramaturge français Sacha Guitry s’est distingué en affirmant : « Si le plus grand plaisir des hommes est de se payer le corps des femmes, le plus grand plaisir des femmes est de se payer la tête des hommes ». Pour en revenir aux origines pacifiques du verbe « payer » et de ses prétendues vertus d’apaisement, il est peu probable que toutes celles et ceux qui sont hostiles au vaccin se montrent plus tempérés à l’endroit de nos autorités, une fois qu’ils se seront acquittés du prix du test Covid. De son côté, le secteur hospitalier n’en a apparemment pas fini avec la pandémie. Ce sont encore les soignants qui vont… payer les pots cassés !