Image d’antan

Des outils de travail qui n’étaient pas folichons

Gérard Bourquenoud  | Cette image d’antan nous montre les travaux aux champs il y a près d’un siècle en terre romande. Après les moissons, un scarificateur tiré par un attelage de quatre bœufs noir et blanc qui, semble-t-il, étaient d’origine canadienne. Je me souviens qu’à l’époque où j’étais adolescent, mon père comme beaucoup d’autres paysans, n’avaient que peu de moyens  pour cultiver la terre et je devais dès l’âge de treize ans me  lever à quatre heures du matin pour aller faucher, car au lever du soleil, les bœufs étaient trop dévorés par les taons. A l’heure de la récolte, les agriculteurs brûlaient de vieilles pattes dans un bidon que portait celui qui guidait l’attelage. La fumée qui s’en dégageait avait pour effet d’éloigner tant soit peu ces insectes. D’autre part, avec le pas très lent de ces animaux, il fallait s’armer de patience et ne pas s’énerver. Aujourd’hui, les outils d’entre-deux-guerres rouillent à l’arrière de très vieilles fermes, alors que les jougs et les harnais ont été remisés, lorsque les chevaux ont remplacé les bœufs. Puis est apparu le tracteur qui a nettement soulagé le labeur quotidien des agriculteurs qui,  au fil des ans, ont bénéficié de nouvelles machines de plus en plus sophistiquées, lesquelles ont remplacé les bras dans tous les travaux des champs.