Image d’antan

La charrette à lait

Gérard Bourquenoud  |. Qui se souvient de l’époque où chaque ferme avait son chien berger qui rendait de grands services aux agriculteurs, tout particulièrement la nuit ? Si un inconnu s’approchait de la ferme, le chien alertait les propriétaires par des aboyements féroces jusqu’à ce que ces derniers sortent de leur lit en pyjama pour faire le tour de la maison.

Parfois, il s’agissait simplement d’un vagabond qui cherchait un endroit pour dormir. Par contre, l’alerte n’était pas inutile lorsqu’un renard, voleur de poules, s’aventurait dans le poulailler. Il était le visiteur nocturne le plus fréquent dans les fermes et obtenait presque toujours de quoi soulager sa faim, ceci du fait que le chien était retenu par sa laisse et ne pouvait intervenir sur le voleur. Bien que n’étant pas libre de ses mouvements, il était un gardien toujours aux aguets à qui l’agriculteur pouvait faire confiance. Dans bon nombre de fermes, cet animal très serviable se rendait également deux fois par jour livrer le lait à la fromagerie du village, au moyen d’une charrette qui se nommait charrette à lait. Le plus souvent, ce travail était confié aux enfants de l’agriculteur qui prenaient leur temps, car un chien ne court jamais lorsqu’il est attelé à une charrette. A l’heure actuelle, ce fidèle compagnon de l’homme est devenu rare à la campagne parce que bientôt remplacé par des caméras de surveillance autour des fermes.