Histoires d’eau

L’inquiétude est grande sur l’environnement, ce n’est plus une nouveauté. Ce qui ne l’est pas non plus est le maintien de la surveillance et des actions développées à divers niveaux d’autorités pour maintenir la qualité de l’eau potable ou la propreté de nos rivières. Pollution au chlorothalonil, littering ou vétusté des installations sont d’une triste actualité mais, sans minimiser ces phénomènes qu’il faut continuer à surveiller de près, il est aussi important de saluer les initiatives prises à divers niveaux. Qu’il s’agisse des mouvements citoyens de « Clean up » et de « Coup de balai », d’un audit de la Cour des comptes et de ses recommandations sur l’évacuation des eaux, ou d’une décision communale de pousser plus loin les constructions – et les inaugurations – face à une population en demande constante de plus de bien-être et de sécurité, les actions sont nombreuses qui démontrent encore une fois le dynamisme de la région, de sa population et de ses autorités. L’augmentation de la population implique une nécessaire mise à niveau des infrastructures et, par la force des choses, quelques changements dans notre quotidien immédiat. En temps court, chacun constate et subit la gêne occasionnée mais dans le temps long, il s’agit clairement d’une amélioration de qualité de vie… Depuis deux semaines, les articles se succèdent comme un signe des temps sur la problématique de notre environnement immédiat, l’eau que l’on boit et celle que l’on rejette, la rivière qui a une drôle d’odeur ou les ordures qui fleurissent dans nos paysages. Ce n’est pas le signe que votre journal a décidé de mettre l’accent sur ces problématiques, mais au contraire qu’un besoin à tous niveaux de communiquer et de prendre conscience de cette problématique s’est faite jour. On ne se baigne jamais deux fois dans la même rivière, paraît-il.