Forel (Lavaux) – Séance d’ouverture pour la future caserne

SDIS Cœur de Lavaux

Au centre, Cyril Corbaz expliquant les volontés de la voirie de Forel pour faciliter les travaux qui débuteront
officiellement cette semaine

Thomas Cramatte | Jeudi 25 février dernier, les divers acteurs affiliés aux travaux de la nouvelle caserne des pompiers se sont rassemblés pour la première fois. L’objectif de cette rencontre était de préciser le déroulement du chantier. Encore au stade préliminaire, les travaux destinés au futur édifice du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) Cœur de Lavaux, n’ont pour l’heure pas réellement débuté. « Seule une rangée de platanes a été déjà déplacée », nous informe Cyril Corbaz, capitaine du SDIS et responsable des services de voirie à Forel. Si pelles mécaniques et autres engins de terrassement ne sont pas encore sur place, cette séance du comité de pilotage a permis de visualiser le futur bâtiment. « La caserne sera équipée de huit lignes de sortie pour les véhicules du corps des pompiers », explique l’architecte Sylvain Carrera. Ainsi, en cas d’intervention, les hommes du feu pourront sortir des deux côtés. « Cette caserne de type C sera légèrement plus petite que celle d’Oron-la-Ville », souligne le concepteur des casernes forelloises et oronnaises. 

Financement

Pour rappel, le projet avait été accepté par le Conseil communal le 26 octobre 2020. Avec un coût total de 4’645’000 francs (1’140’000 francs subventionnés par l’ECA), l’objet avait été rapidement adopté par l’Exécutif. La mise à l’enquête avait de son côté recueilli une seule opposition : « L’association des transports et de l’environnement avait demandé sept places couvertes pour les bicyclettes. Tout le monde sait que les pompiers viennent à vélo avant de partir en intervention », explique avec humour le municipal en charge des bâtiments communaux… 

Terrain plat et humide

Avant la mise à l’enquête, des sondages géotechniques ont détecté de l’eau à 40 centimètres de la surface. « C’est la raison pour laquelle une partie de la future caserne sera construite sans sous-sol », précise l’architecte. Un étage souterrain qui aurait par ailleurs augmenté les coûts de la caserne : « Nous aurions alors dû envisager d’importantes mesures d’étanchéité, pour un espace qui n’est pas réellement utile pour les pompiers ». Le reste du bâtiment sera construit sur des pieux d’une dizaine de mètres afin de trouver la dureté optimale pour accueillir l’édifice forellois. Si actuellement, seuls des travaux préparatoires ont débuté, le terrassement commencera au cours de la deuxième semaine du mois de mars. Cette opération ne devrait pas être de longue durée en raison de l’absence de sous-sols. Par conséquent, l’installation des pieux durera entre cinq à six semaines. La suite des opérations n’est pour l’instant pas encore agencée, mais l’architecte et la commune sont confiants quant au respect du calendrier. « Une construction qui devrait voir le jour dans son ensemble d’ici une année ». 

Améliorer les formations

« La future caserne amènera une grande valeur pour notre SDIS et nous permettra ainsi d’organiser de nombreuses formations », transmet Cyril Corbaz.  Pour le capitaine du SDIS Cœur de Lavaux, l’avantage de centraliser le matériel dans un seul et même endroit permet de gagner en efficacité et de répondre aux exigences de l’ECA.