Dons d’organes en Suisse, le PBD Vaud mise sur des mesures simples

Karoline Sandoz | Le Parti Bourgeois-Démocratique, lors de son communiqué du 12 juin dernier, a fait connaître sa position sur la décision du Parlement fédéral concernant les dons d’organes dans notre pays.
Le PBD Vaud regrette que le Parlement fédéral ne veuille pas faire de chaque citoyen un donneur potentiel. Il partage sa volonté d’informer la population au mieux et propose en outre des mesures simples pour augmenter le nombre de donneurs. Le Parti Bourgeois-Démocratique Vaud constate que la Suisse fait office de mauvais élève en matière de don d’organes. Tous les trois jours, une personne meurt faute de trouver un donneur à temps. Pire, l’an dernier le nombre de personnes sur liste d’attente a augmenté de 7,5%. Ces chiffres sont alarmants et, de plus, la Confédération fait moins bien que ses voisins: l’Italie, la France ou encore l’Autriche comptent, proportionnellement, deux fois plus de donneurs. Aujourd’hui, la Suisse est face à une question de santé publique. Le PBD Vaud regrette qu’une fois encore le Parlement fédéral ait refusé d’introduire le consentement présumé en matière de don d’organes. Il partage toutefois la volonté d’informer la population au mieux et estime qu’il est nécessaire d’agir rapidement par des mesures simples et efficaces.
Le PBD Vaud propose ainsi qu’une carte de donneur soit envoyée à chaque personne atteignant la majorité ou arrivant en Suisse. Il demande en outre que la mention «donneur d’organes» soit obligatoirement inscrite dans le dossier médical des personnes hospitalisées et si possible dans celui du médecin traitant. Il soutiendra en outre le développement de carte de donneur virtuelle sur smartphone.