Des lumières dans la nuit et dans les cœurs

Michel Dentan | Minuit pile, CHUV Lausanne: le coup d’envoi est donné sous les feux d’artifice. Deux cents personnes prennent le départ d’une marche peu ordinaire: celle organisée par l’Association du cœur et des jambes en faveur de l’ARFEC (Association romande des familles d’enfants atteints d’un cancer) qui va les conduire, en quatre principales étapes, à leur destination de Plan Francey, en passant par le sommet du Moléson, tout au long d’un trajet d’une durée d’environ 16 heures pour 50 kilomètres, représentant cependant 75 kilomètres/effort, avec 2500 mètres de dénivellation. Pour ceux et celles qui ne disposaient pas d’un entraînement adéquat, ainsi que pour les familles, des parcours réduits avaient été prévus, ainsi que des étapes relais auxquelles ils avaient la possibilité de céder leur place à un autre sportif. Nous ne reviendrons pas sur l’idée et l’origine de ce magnifique élan de solidarité que notre journal a décrit en détail dans notre édition de la semaine dernière.
La soirée avait débuté à 23h dans l’auditoire principal du CHUV où les participants, ainsi qu’une partie des organisateurs, sponsors, parrains, bénévoles, etc. avaient été réunis. Quelques minutes auparavant, Pierre-Yves Maillard, l’un des parrains de la manifestation et conseiller d’Etat, chef du Département de la santé et de l’action sociale, s’était rendu au 11e étage du bâtiment pour prendre possession du drapeau de la marche, signé par le personnel hospitalier de l’unité d’oncologie pédiatrique. Après discours, consignes, recommandations et mots de bienvenue de Stéphane Voeffray et Christian Crausaz, respectivement président et vice-président de l’Association du cœur et des jambes, Alain Chanson, président de l’ARFEC, Pierre-Yves Maillard, le professeur Pierre-François Leyvraz, directeur général du CHUV et la doctoresse Maja Beck, spécialiste en oncologie pédiatrique, les marcheurs se sont répartis en petits groupes de dix, chacun d’entre eux bénéficiant d’un guide dont la mission était notamment de maîtriser l’allure et les temps de passage ainsi que de prendre les mesures nécessaires en cas d’incident. Ce ne sont pas moins de 200 participants qui ont quitté Lausanne, rejoints ou relayés par 150 personnes à l’étape de Saint-Martin. Enfin, à celle de Rathvel, 200 nouveaux marcheurs se sont joints à la dernière partie de cette marche.

Etape la Tour-de-Gourze – Saint-Martin
Après un rapide arrêt à Aran-Villette, les marcheurs ont entrepris la rude montée de nuit vers la Tour-de-Gourze où les premiers arrivaient avec plus de trente minutes d’avance et où les attendait un substantiel ravitaillement agrémenté des notes revigorantes de la Fanfare de Forel Lavaux. Leurs efforts continuaient ensuite par Les Tavernes et Chesalles pour arriver dès 6h20, en avance sur l’horaire prévu, à l’étape de Saint-Martin, lieu d’un copieux petit-déjeuner et d’une heure de repos. Joie et bonne humeur se lisaient sur les visages souriants des marcheurs qui ne semblaient guère affectés par la première partie de cette difficile épreuve.
Tout au long du trajet, d’autres mouvements avaient exprimé leur solidarité en s’associant symboliquement à cette action par les illuminations exceptionnelles de l’usine de Pierre-de-Plan, de la tour de télécommunications du Mont-Pèlerin, du Château d’Oron, des églises d’Ursy et de Saint-Martin, des Châteaux de Bulle et de Gruyères, sans oublier, bien entendu, du sommet du Moléson qui prenait ainsi des airs de fête.

Une organisation irréprochable
Un tel déploiement de personnes et de matériel requiert une très lourde organisation – elle a nécessité deux ans de préparation –  ainsi qu’une logistique sans faille afin de garantir un déroulement parfait assorti de conditions de sécurité sans défaut. Ce fut le cas et cette manifestation a été gérée de main de maître grâce également à l’action de plus de 700 bénévoles comprenant médecins, samaritains, la colonne de secours du CAS La Gruyère, animateurs et fanfares aux étapes, les Protections civiles de Vaud et de Fribourg, les transports pour l’acheminement des participants, les responsables des points de ravitaillement, etc., qui se sont formidablement engagés et ont offert aide et compétences à cette gigantesque, très émouvante et exceptionnelle opération de solidarité. N’oublions pas la générosité des très nombreux partenaires et donateurs sans qui cette action n’aurait pas pu voir le jour.