Clin d’œil – Des lacets et des lacets à ne plus finir…

Les sorties en montagne, ce groupe d’amis s’y connait très bien puisque c’est une tradition renouvelée chaque été.

Marie. |. Cette année pour se rendre au chalet, le trajet pouvait se faire soit en  voiture soit à pied. Je fais partie des marcheurs, déterminée à être la première en haut, je prends la tête du peloton tout en zigzagant devant,  une technique de mon enfance selon laquelle j’ai l’impression que la côte se gravit plus facilement. Reconnu par des sportifs, le mental est un des atouts importants à utiliser, je commençais déjà par me servir de ma dernière et seule carte. Après une  longue montée, j’arrive dans un sentier forestier plus à plat, celui-ci  traverse un ruisseau qui chantonne au fond du ravin, l’air devient plus frais, on se sent revigorée, puis le chemin ombragé et moelleux laisse la place à une voie caillouteuse qui grimpe en traversant des pâturages. Et c’est reparti pour des lacets et des lacets à ne plus finir. A bout de souffle, je câle devant un bassin où je trempe mes bras. Alors que tout le monde me dépasse, je prétexte admirer les montagnes aux alentours, la Dent de Lys, Teysachaux, le Niremont, l’histoire du lièvre et de la tortue se répète…