Belmont-sur-Lausanne – Gustave Muheim, une retraite bien méritée

Démission à la syndicature pour juin 2020

Thomas Cramatte | Aux commandes de la commune depuis 1992, le syndic Gustave Muheim vient d’annoncer qu’il quittera son poste en juin 2020. Après presque 28 ans au service de la municipalité, cette figure politique connue au-delà des frontières communales continuera de présider Lausanne Région, au moins jusqu’en 2021.

Un syndic optimiste 

On connaît Gustave Muheim pour ses implications dans les associations lausannoises. Ancien président de la Fondation Beaulieu, vice-président de l’Association des communes suisses et représentant du district Lavaux-Oron au sein de l’Union des communes vaudoises (UCV), ce grand Monsieur à l’optimisme hors pair est une véritable figure régionale. Municipal à la commission des finances de 1989 à 1992, il prend rapidement goût à la politique. Surtout lorsqu’il s’agit de sa commune de cœur Belmont-sur-Lausanne. Lui qui avait pris la syndicature en cours d’élection intermédiaire, le voilà démissionnant en cours de législature. Gustave Muheim avait annoncé cette législature comme sa dernière.

Passionné avant tout

Véritable passionné, le futur ex-syndic a toujours apprécié être au plus proche des citoyens. «J’ai toujours adoré aller à la rencontre de la population. Pour moi, il est primordial d’aimer les gens pour exercer cette fonction. C’est la base de la politique. Il n’y a rien de plus gratifiant que d’échanger et de transmettre avec les citoyens», explique le syndic. Une philosophie que Gustave Muheim n’a jamais perdue de vue. Munis d’un bon sens et d’humour, il exprime sous forme de plaisanterie sa volonté de démissionner à l’aube de ses 70 ans, «J’ai décidé de prendre une retraite anticipée», rigole volontiers le syndic. Bien entendu, il cédera une partie de ses casquettes en quittant ses obligations communales. Mais Gustave Muheim a d’ores et déjà annoncé qu’il restera à la tête de Lausanne-Région, au plus tard jusqu’à fin juin 2021. Le dynamique syndic veut préparer la succession. «Je serai probablement parti au mois de juin de l’année prochaine», conclut le syndic de Belmont-sur-Lausanne.

Et la suite

Pour sa retraite, Gustave a déjà plein de projets. Un des plus chers à ses yeux est de renforcer les rapports entre les jeunes retraités. Il n’en dira pas plus pour le moment, mais une chose est sûre, il gardera à jamais sa bonne humeur et ce besoin de partager avec tout un chacun.