90 ans de Berthe Perroulaz

Jean-Pierre Lambelet | Il faut savoir en compter des jeudis à partir du jeudi 23 juillet 1925 jusqu’au jeudi 23 juillet 2015 pour arriver au chiffre rond de 4680, 90 années plus tard…!
C’était donc lors d’un lointain jeudi que la douce demoiselle Berthe Cossy venait agrandir le cercle familial d’Alfred et Sophie Cossy-Barraud à La Corbessière, commune de Forel, en se plaçant au milieu entre deux sœurs aînées et une plus petite et un frangin qui viendront par la suite.
En 1938 le décès accidentel du papa allait modifier le cheminement familial et tout ce petit monde déménagea chez grand-papa à la ferme des Bois de Romont, sur Epesses, non loin de là, de l’autre côté de la forêt, face au Léman.
Enfance puis adolescence se passent dans la région avec des activités dans des familles pour aider au ménage.
Chez les Grecs c’est Eros; chez les Romains c’est Cupidon; mais pour Berthe, le dieu de l’amour ce sera Ernest Perroulaz qui la prit tendrement dans ses bras lors d’un bal à Forel et l’amena jusqu’à l’autel de l’église de Chexbres en 1951…
Le couple s’établit à Forel, en Châtelan, et deux solides gaillards, Jean-Jacques en 1951 et Pierre-Alfred en 1953, viendront égayer et animer les journées des Perroulaz.
Le 30 juin 1955, juste avant ses 30 ans, toute la famille déménage à Puidoux, aux Fornis, où elle habite toujours 60 années plus tard.
Son mari Ernest est parti sur les chemins de la Grande Paix en 2008, rejoint par son fils Jean-Jacques en 2012. Mais Pierre-Alfred et toute sa famille sont encore là, autour d’elle pour l’accompagner et lui procurer le soutien nécessaire.
Comme Berthe Perroulaz a été une personne fort active dans la commune, une belle gerbe de paroles reconnaissantes lui fut adressée d’abord par le syndic René Gilliéron, puis par Anne-Sylvie Martin, diacre de la paroisse où Berthe s’engagea avec cœur et en demeure la mémoire vivante. Denise Gilliéron, présidente de la Société de couture, lui rendit hommage pour l’avoir précédée à ce poste de 1997 à 2005.
Daniel Chaubert, président du Fil d’Argent, releva sa fidélité et sa disponibilité.
Josiane Gilliéron, présidente du groupement des Paysannes vaudoises, la remercia chaleureusement pour ses 55 années de sociétariat et lui remit une rose à l’image de sa personne: discrète, gaie, douce, fragile mais avec du caractère…!
Même si l’on ne voit plus la tête de Berthe juste dépasser du volant d’une VW Golf grise lorsqu’elle se rendait à ses multiples activités, toute l’assemblée et sa famille lui souhaitent bonne et longue route…!