2022 ? Une réflexion d’une importance capitale !

 L’enfant …

Pierre Scheidegger, Panathlon-Club Lausanne | Nous le savons, du moins nous l’espérons, l’enfant est l’une des pierres angulaires des plus importantes en regard à l’évolution, mais surtout à la continuité culturelle du sport. Chaque parent le désire actif, joyeux, néanmoins, et c’est le plus important, en bonne santé. Facteur important l’autorisant à concrétiser une de ses aspirations avouables, soit de se trouver avec ses copains à la pratique d’un sport dont il a fait le choix mais surtout… de participer à des compétions sportives. Chaque parent doit s’en réjouir car, la découverte du mouvement par les entraînements et la compétition permettra de développer au mieux la personnalité de l’enfant, tant fille que garçon. L’apprentissage de l’effort soutenu mènera le jeune sportif, « on ose le dire », de l’excellence à la victoire par la connaissance de son sport voire parfois… on autorisera  à le reconnaître sans difficulté… car il se dénomme : le Plaisir ! Cet apprentissage de la discipline sportive aura également, comme corollaire l’acceptation de la défaite et souvent d’une certaine frustration en regard aux décisions de l’entraîneur. Réaction faisant intégralement partie de quelque situation que ce soit, sport amateur ou de compétition. 

C’est une belle opportunité

Il est vrai, de même que l’école, les études et la culture, le sport offre à notre jeunesse une belle opportunité d’intégration à la gestion de ses émotions mais, surtout, pour son existence à en devenir d’accepter les règles et horizons de son futur.

Ne l’oublions pas

Le sport ne doit pas être l’instigateur de l’égoïsme. Les jeunes moins intéressés ou précoces à la pratique sportive, les moins talentueux ou moins valides se verront également offrir les mêmes chances, sans discrimination quelles qu’elles soient. Le regard de l’entraîneur évitera de ne fixer aucune limite au plaisir de l’enfant. C’est son rôle, sachant pertinemment que l’activité physique améliore aussi tout contexte psychologique de notre jeunesse.  

L’activité sportive d’un enfant est, ou devrait l’être, avant tout un jeu

Son but premier est surtout d’éviter toute forme de discrimination quelle qu’elle soit. Ce sera souvent la réussite de l’apprentissage des principes fondamentaux de son existence par le respect, mais surtout une porte grande ouverte à l’acceptation d’une distribution équitable des rôles de chacun, qu’il appliquera aux prémices de sa vie active. Alors oui, le respect en toute situation, le respect de « l’autre » sera l’allié du jeune sportif pouvant lui offrir la plus belle des victoires. 

Pour 2022, nos vœux les plus sportifs et cordiaux

Tout parent aura à cœur de respecter et d’appliquer ce qui ne devrait jamais s’oublier :

Charte des droits de l’enfant dans le sport

Tous les enfants ont le droit de : 

• Faire du sport

• Se divertir et s’amuser

• Vivre dans un milieu sain

• Être traités avec dignité

• Être entraînés et éduqués par des personnes compétentes 

• Recevoir un entraînement adapté à leur âge, à leur rythme et à leurs capacités individuelles

• Faire de la compétition avec des enfants de même niveau

• Pratiquer un sport dans des conditions assurant leur sécurité

• Se reposer

• Avoir la possibilité de devenir ou non… des champions Panathlon International