L’histoire de nos villages

Claude Cantini

Ferlens

Selon une source officielle, la première mention du village remonterait à l’an 58 avant notre ère. Des nécropoles des VIIIe ou IXe siècles ont été découvertes en 1825.

Autrefois, Ferlens et Servion ne formaient qu’une seule commune; le partage eut lieu en 1820. Frappés de la dîme, comme d’habitude à l’époque féodale, les habitants des deux localités la devaient à différents seigneurs: à l’Abbaye de Haut-Crêt, aux seigneurs de Salvion et à partir de 1239 à ceux de Savoie. Au XVIIIe siècle, c’est au bailli d’Oron, aux chartreux de la Part-Dieu (en Gruyère) et aux seigneurs de Crousaz de Corsier qu’ils la durent.
Au village, une grange date de 1687. L’école de 1823, qui devint aussi maison de commune par la suite, comprenait «une vaste chambre pour y célébrer le culte», avant qu’il le fût au temple de Mézières.

 

Paudex

Une station lacustre a été découverte en 1899. De l’époque romaine témoigne une borne milliaire, mise au jour en 1768 et datée de l’empereur Antonin-le-Pieux (138-161).
Une tradition orale parle d’un combat contre les Sarrasins en provenance du Grand-Saint-Bernard et qui se serait déroulé sur le territoire de Paudex en 987. La première mention du village connue date de 1220.
«Terre d’Evêque», le Prieuré de Lutry y possédait vignes et moulin. Dépendant administrativement de Lutry jusqu’en 1548, Paudex fut rattaché à Pully à cette date. Ce n’est qu’en 1721 qu’il parviendra à l’autonomie communale, hormis pour les cultes.
Une salle d’école et un régent sont mentionnés en 1788.
Paudex a aussi connu une certaine activité minière et surtout une industrie annexe. Les premières prospections remontent à 1709 et impliquent, sous forme d’association, le châtelain de la Bochat (château mentionné en 1233), Isaac de Loys et Eirinis d’Eirinis, un Grec de Bessarabie à peine arrivé en Suisse. Il sera suivi dans cette recherche de «charbon de terre» par Gottlieb Wagner de 1773 à 1796 et depuis 1830 par David Abetel. Etant donné que beaucoup se plaignaient de la mauvaise odeur de la combustion, ce dernier se rendait à domicile pour enseigner la bonne utilisation. La houille, extraite jusqu’en 1870 puis à nouveau de 1894 à 1946, est surtout employée sur place par quelques industries existantes dans le vallon de la Paudèze: verrerie (XVIIIe siècle), briqueterie, cimenterie et fabrication de chaux et de plâtre (la plus importante du canton).