17 Décembre 2017
N°47 Du jeudi 14 décembre 2017 ● 67e année (N°3214)

Avec «Parque pas mon Jorat», les amoureux du Jorat mettent les pieds au mur

Jorat L’opposition au futur parc périurbain du Jorat sort du bois
  • André Jordan, président de l’Association «Parque pas mon Jorat»

    André Jordan, président de l’Association «Parque pas mon Jorat»

Nature

Gil. Colliard  |  Constitution de l’association «Parque pas mon Jorat», visant à fédérer tous les opposants à la création du Parc naturel périurbain du Jorat (PNP), tant du milieu professionnel que sportif et simples promeneurs, afin de ne pas mettre sous cloche ces forêts et de sauvegarder leur libre accès. Mardi 28 novembre dernier, une dizaine de personnes, représentant des organisations d’utilisateurs des forêts du Jorat, s’était réunie à Carrouge, afin de prendre part à l’assemblée constitutive des opposants à la création du PNP. A l’unanimité, le comité composé d’André Jordan, président, Linda Michon secrétaire et Dorothéa Rochat caissière, a été élu. Le nom de «Parque pas mon Jorat» exprimant clairement la volonté de l’association, a été rapidement adopté, de même que les statuts précisant son but: sauvegarder les activités professionnelles et de loisirs liées à l’usage de la forêt du Jorat et d’éviter la réalisation du PNP

Réponses édulcorées et flou savamment entretenu entourent le projet

Alors que le projet d’un parc naturel périurbain, au cœur du Jorat, plus grand massif forestier du plateau suisse, avec ses projets d’accueil du public et de valorisation du patrimoine culturel faisait miroiter, à ses débuts, de nombreux atouts séducteurs, force est de constater pour les fondateurs de «Parque pas mon Jorat», au fil des questions pertinentes adressées aux responsables du PNP, que de nombreux points restent sans réponse voire baignent dans une brume épaisse, parfois en contradiction avec les termes de l’ordonnance sur les parcs. De trop rares informations filtrent sur la zone centrale de 440 ha (1,4 fois la superficie de la commune d’Oron), promise à une réserve naturelle fermée au public. Les propriétaires privés ne semblent pas être consultés. Une question posée lors d’un atelier participatif organisé par les représentants du PNP résume finalement toute l’étendue de la situation: «Mais, qu’est-ce qui ne va pas dans cette forêt pour qu’on y fasse un parc?» Est-ce vraiment le désir des connaisseurs et amoureux du Jorat?

Invitation, le 30 janvier 2018 à l’assemblée de présentation

«Parque pas mon Jorat» porte-parole de la vague de contestations qui se lève face au projet du PNP donne d’ores et déjà rendez-vous à toute personne sensibilisée à la sauvegarde de ce massif forestier en l’état, le 30 janvier 2018, pour sa présentation officielle, le lancement du mouvement et le calendrier des manifestations et autres rencontres.

Devenir membre de «Parque pas mon Jorat»

Cotisation : individuelle Fr. 30.–

couple Fr. 50.–, association Fr. 100.–

Contact: André Jordan 079 287 78 75 – an.jordan@bluewin.ch

Tags