Saint-Saphorin rejoint l’association «Les plus beaux villages de Suisse»

Com.  |  Le cliché est immuable. Celui d’un petit village, baigné de soleil, qui s’accroche aux coteaux escarpés de Lavaux, entre vignes et lac, face au cirque grandiose des cimes alpines. C’est une vision de carte postale très prisée et connue loin à la ronde. Les brochures touristiques et les magazines se l’arrachent tant sa beauté véhicule les valeurs idéales d’un tourisme enchanteur.

Derrière l’icône se cache avant tout une bourgade attachante qui mérite davantage notre curiosité. Les traditions y sont vivantes et la fascination permanente. La place historique vit au rythme des nombreuses festivités et l’or jaune coule encore du vieux pressoir. Les enseignes sont gourmandes et l’air y est presque méditerranéen. La vraie beauté ne vient-elle pas de l’intérieur ?

Depuis un an, l’association «Les plus beaux villages de Suisse» réunit dans son réseau national des villages au caractère exceptionnel, soucieux de préserver et valoriser leur patrimoine et leur image. A l’instar du succès rencontré chez nos pays voisins (France, Italie, Espagne), ce label exclusif est à présent bien implanté et jalousement convoité dans notre pays.

Avec l’adhésion de Saint-Saphorin, l’association regroupe actuellement 14 villages classés, répartis sur tout le territoire, dont une bonne partie en Romandie. Avec trois villages membres, le canton de Vaud est le canton le plus représenté, témoignant des richesses insoupçonnées de cette magnifique région de Suisse où la diversité et la typicité des villages sont particulièrement marquées.

Saint-Saphorin fait partie du vignoble en terrasses de Lavaux, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, et donne son appellation à un vin d’une grande finesse issu du cépage Chasselas. Une prestigieuse carte de visite qui invite le visiteur au cœur du vieux bourg, ses ruelles pavées, ses passages étroits et son adorable église (ne pas manquer la borne milliaire romaine et la crypte-musée). En remontant par les vignes environnantes, les yeux embrassent une mosaïque de toits, d’où surgit l’original clocher à deux pans. Au pied de celui-ci, quelques arcades, un magnifique arbre de Judée et une fontaine gargouille. En contrebas, la place du Peuplier où se croisent touristes, vignerons et épicuriens. Puis, tout autour, les maisons serrées et la porte voûtée rappellent que Saint-Saphorin était un village médiéval fortifié. Un monde de pierres et de végétal qui résume l’esprit d’un lieu où de nombreux artistes ont trouvé refuge et inspiration.