La chute d’un champion

« Diego Maradona » documentaire d’Asif Kapadia

Colette Ramsauer | Composé de documents d’archives et d’interviews, témoignages, commentaires de personnalités en off, photos, extraits de matches, le montage impressionnant du film retrace la vie de l’attaquant argentin Diego Maradona. Il dévoile la personnalité controversée du champion, celle d’une star qui n’a pas géré sa réussite. Et s’attarde plus particulièrement sur son séjour napolitain, entre 1984 et 1991.

«El Pibe de Oro»

Présentant cette année le film au festival de Locarno, la directrice Lili Hinstin avait annoncé: «Ce n’est pas un film sur le sport». Car nul besoin en effet d’être passionné de football pour apprécier le documentaire du cinéaste britannique Asif Kapadia sur la trajectoire de l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football. Le début du film offre des photos et reflets filmés inédits en noir/blanc des années 60, dans un bidonville de Buenos Aires, montrant Diego gamin dans son quartier jouant sans trêve du ballon; des images de ses parents, des gens pauvres, travailleurs sans avenir; puis son engagement, à 16 ans, dans un club de la capitale. A ce moment, «Le gamin en Or» comme on l’appelait subvenait déjà aux besoins de sa famille. L’ascension de sa carrière avait débuté. Tout est allé alors très vite, trop vite. Le footballeur brésilien Pélé connaissant bien Diego, déclarait à la presse que dans la spirale du succès, il manquerait au champion la faculté de maîtriser sa notoriété. L’histoire lui donnera raison. 

Stades en ovation

Immergeant le spectateur dans l’ambiance des stades en ovation lors des Coupes du monde ou du mondial, dans l’enchaînement des moments de gloire et de défaite, le film suit le joueur emblématique qu’on surnomma aussi Dieguito, l’attaquant no 10 qui marqua des buts historiques. Il avait à cœur de faire renaître des clubs de leurs cendres et ne voulait pas décevoir son public. Le documentaire fait voir l’envers du décor: pression dans les coulisses et vestiaires des stades, questionnements lors des d’entraînements, problèmes familiaux, sans compter le poids de la presse acharnée de ces années-là.

Dérives

Asif Kapadia met plus précisément en lumière la période entre 1984 et 1991, lorsque le footballeur argentin, déplacé à Naples, jouait pour SSC Napoli. Adulé par des supporters s’identifiant aux origines modestes du champion, il était au sommet de sa carrière. Paradoxalement, le joueur à l’extraordinaire talent était déjà sur le déclin. Sa dépendance à la cocaïne, ses mauvaises fréquentations et les excès de sa vie privée le perdaient, des comportements de tricheur ternissaient son image et décevaient amèrement ses supporters. Ses fans argentins qui actuellement acclament son retour, semblent avoir oublié ses dérives. La légende Del Pipo d’Oro a vaincu. 

Le réalisateur

Comme en 2008, l’avait déjà fait Emir Kusturica sur une durée de 90 min, le cinéaste britannique d’origine indienne Asif Kapadia, reprend le thème du joueur argentin en 130 min. Agé aujourd’hui de 38 ans, le cinéaste a vu ses films primés avec The Sheep Thief en 1997 et The Warrior en 2003. En 2010, il réalisait le biopic du pilote automobile brésilien Ayrton Senna, film qui remporta le British Academy Film Awards du meilleur documentaire et du meilleur montage ainsi que le prix du public au Festival du documentaire à Sundance en 2011. En 2015, il signait Amy, film retraçant la vie de la chanteuse Amy Winehouse. 

Cinéma de la grande salle de Chexbres Vendredi 11 octobre à 20h30, précédé d’un apéritif offert dès 19h45. Discussion en présence de Philippe Leuba, conseiller d’Etat vaudois et ancien arbitre international et Yves Débonnaire, entraîneur national espoirs M-16 / M-18. Prix entrée : Fr. 8.–

« Diego Maradona » documentaire d’Asif Kapadia 2019, UK, vo-st 120’ 12/12 ans Avec Diego Maradona – www.cinechexbres.ch/pratique/accès

Ciné-Doc, c’est reparti !

Le film Diego Maradona ouvre la 4e saison de films documentaires que présente Ciné-Doc mensuellement dans les cinémas régionaux dont le réseau s’étend désormais à quatre nouvelles salles, respectivement à Chexbres, Payerne, Bulle et Monthey, qui s’ajoutent aux cinémas du Sentier et d’Orbe. Six films documentaires triés sur le volet seront à découvrir d’octobre 2019 à mars 2020, notamment à Chexbres: 8 nov., Madame (Visions du Réel 2019) de Stéphane Riethauser; 4 déc., On va tout péter (Cannes 2019) de Lech Kowalski; 17 janv., La cordillère des songes de Patricio Guzman, un des plus grands cinéastes documentaristes contemporains ; 14 fév., Pour Toujours (Prix de Soleure 2019) de Fanny Bräuning; pour clore, le 13 mars, Le Temps des forêts (Grand prix semaine de la critique Locarno 2018) de François-Xavier Drouet, en collaboration avec le Festival du Film Vert. Le succès du programme est assuré par le caractère évènementiel des projections suivies d’un débat avec le public, ce qui donne toute sa force au cinéma documentaire, support idéal à la rencontre, l’échange et à une réflexion sur notre société. Plus d’informations sur le programme: www.cinedoc.ch – Facebook: www.facebook.com/Cinemacinedoc