Jeux olympiques de la jeunesse 2020

L’heure du bilan

Thomas Cramatte | A l’heure où Lausanne clot l’événement sportif de l’année par une traditionnelle cérémonie de clôture, voici arrivée l’heure du bilan. Du 9 au 22 janvier, toute la Suisse a vibré d’émotion sous les couleurs olympiques. Que les épreuves soient diffusées en live ou en différé, ces Jeux olympiques de la jeunesse ont connu un vif succès. Les JOJ, plus communément appelés Lausanne 2020, ont accueilli pas moins de 1837 athlètes venus de 79 nations, dont 12 pays participant pour la première fois aux JOJ d’hiver. Ainsi les sportives et sportifs venant d’Albanie, Azerbaïdjan, Equateur, Haïti, Hong Kong, Kosovo, Pakistan, Qatar, Singapour, Thaïlande, Turkménistan, Trinidad & Tobago ont participé aux diverses épreuves. 112 athlètes représentaient les couleurs helvétiques. Les 8 sites que comptent les Jeux ont tous rempli leurs rôles malgré un hiver timide. Les compétitions ont eu lieu à Lausanne, Villars, Leysin, Les Diablerets, Champéry, St-Moritz, Les Rousses ainsi qu’à la Vallée de Joux. Les deux villages olympiques situés à Lausanne et St-Moritz ont quant à eux propulsé notre pays à l’international. «Le plus grand défi a été de fédérer l’ensemble des sites hôtes. Il faut beaucoup de coordination et de patience pour pouvoir organiser un évènement d’une telle envergure. Surtout quand celui-ci a lieu sur 8 sites différents, à travers trois cantons et deux pays» commente Ian Logan, directeur général des JOJ. Pour rappel, les festivités avaient déjà commencé le 19 septembre 2019 lors de l’arrivée de la flamme olympique sur le territoire suisse. Le stade lausannois Pierre-de-Coubertin avait alors été piétiné par plus de 3000 élèves vaudois participant à cet événement. Le but était de hisser les couleurs de l’Olympe devant les écoles vaudoises.

La jeunesse au cœur du projet

Lausanne 2020, c’était l’ambition de vouloir mettre la jeunesse au cœur de cette plateforme sportive. Au total, c’est 130’000 élèves des écoles obligatoires qui ont été impliqués de près comme de loin autour de ces jeux depuis 3 ans. Entre discussions en classe et thématiques théâtrales, parades scolaires et travaux scolaires, la magie des anneaux olympiques a plongé les élèves dans l’univers du sport bien avant la cérémonie d’ouverture. «Il s’agit d’engager toute la population locale, régionale et même nationale autour d’un événement unique et fédérateur en faveur d’un monde meilleur», explique Maria Riah en charge de la communication des jeux.

Accident lors des entraînements

Il aura malheureusement fallu un grave accident lors des répétitions de la cérémonie d’ouverture pour propulser les JOJ dans la presse internationale. La chute d’une patineuse russe de 35 ans le 7 janvier avait alors subitement fait parler de Lausanne 2020 jusqu’aux confins du New York Times. Avec un total de 1090 journalistes répartis sur les 13 jours que compte la manifestation, les 8 disciplines sportives en auront ébahi plus d’un!

Près de 4000 bénévoles

Le succès des JOJ ne serait rien sans l’engagement de 3800 bénévoles sur les différents sites. Ils ont travaillé d’arrache-pied à l’accueil et l’organisation des compétitions.

Et le climat dans tout ça?

Ces jeux ont été vivement critiqués par les défenseurs de la cause climatique. Pour cette raison, le comité d’organisation a décidé lors des prémices de Lausanne 2020 d’investir dans le long terme. Pour exemple, l’impressionnant bâtiment du Vortex, situé non loin de l’EPFL, se verra transformé en campus universitaire. «Malgré un manque de neige certain et les températures clémentes pour la saison, nous avons tout fait pour utiliser les infrastructures naturelles existantes», ajoute Maria Riah. Par exemple, les épreuves de patinage de vitesse se sont déroulées sur le lac gelé de St-Moritz, les compétitions de bob sur la piste naturelle de la station grisonne. Il s’agissait des premiers jeux à utiliser les transports publics pour toutes les personnes accréditées. La minimisation des déchets et la redistribution des aliments non utilisés sont autant d’exemples qui affaiblissent l’impact environnemental. 

Les résultats 

Seuls les athlètes de 15 à 18 ans pouvaient prendre le départ des compétitions. Ainsi, la jeune habitante de La Tour-de-Peilz, Caroline Ulrich, a remporté 2 médailles d’or en ski alpinisme. L’un des plus jeunes athlètes de la délégation suisse, Noah Bodenstein, venant de La Conversion-sur-Lutry, a griffé la glace pour finir dans le Top 10 des épreuves de patinage artistique. Ce triple champion suisse junior a savouré chaque moment de ces JOJ. Ski alpinisme toujours, les jumeaux Thomas et Robin Bussard ont créé l’émoi lors de l’épreuve individuelle vendredi 10 janvier. Thomas décroche l’or suivi de son frère Robin. Deux belles médailles qu’ils pourront accrocher chez eux, à Albeuve. Malheureusement, les deux Gruériens n’ont pas réussi à réitérer l’exploit lors de l’épreuve de sprint. Tous les résultats sont disponibles sur le site internet des JOJ 2020.

Dans le futur

L’héritage que laisseront ces Jeux olympiques de la jeunesse est multiple. On retrouvera bien évidemment un patrimoine économique avec des infrastructures utiles aux communautés locales. Certaines constructions ont été accélérées avec l’arrivée des Jeux, c’est le cas de la Vaudoise Arena par exemple. «Il y a également un impact sociosportif avec les bienfaits du sport chez les jeunes de la région», conclut Maria Riah.

Exemple à suivre

Avec ces JOJ, les jeunes athlètes ont démontré leur courage à travers les différentes compétitions. Le peuple suisse peut être fier de ces jeunes sportives et sportifs qui se sont battus pour leur nation. Hormis les valeurs sportives, les Jeux ont fait régner une ambiance bon enfant, le respect de l’autre, de l’environnement, ainsi que l’amitié entre les peuples et les cultures. Un bel exemple à suivre pour cette nouvelle décennie!