Un deuxième tube pour la sécurité

Jean-Marc Genton, député PLR, municipal, sapeur-pompier professionnel

Le 28 février, le peuple suisse doit se prononcer sur la construction d’un
deuxième tube au Gothard. Il est regrettable d’entendre certains parlementaires fédéraux affirmer que cette construction va à l’encontre des projets romands. Alors que chacun sait que ces mêmes parlementaires sont par principe contre toutes nouvelles constructions concernant les routes.  Ils oublient que ce tronçon est l’un des plus importants de notre pays. La construction du deuxième tube permettra de rénover dans un second temps le tunnel actuel et surtout d’améliorer la sécurité.
Lors de l’émission Infrarouge sur le sujet, quelques prises de position ont été affirmées, comme celle de Sara Beretta Piccoli, députée PDC, qui prétend que le nombre d’accidents mortels n’est pas plus élevé dans le tunnel du Gothard qu’ailleurs. Cela est quelque peu choquant, surtout pour les familles qui ont perdu un être cher, comme par exemple l’accident du 24 octobre 2001, dans des circonstances aussi atroces. On doit également se souvenir de l’accident survenu dans le tunnel du Mont-Blanc en 1999 avec ses 39 personnes décédées. De même l’affirmation du conseiller national Roger Nordmann déclarant que les travaux effectués après cet incendie suppriment tout risque d’incendie de cette ampleur. Le pompier Nordmann ne doit pas connaître l’ampleur que peut prendre un sinistre dans un milieu aussi confiné qu’un tunnel; en tant que sapeur-pompier, je suis à même d’informer la population que tous feux situés dans des milieux aussi fermés peuvent prendre une ampleur  incommensurable.
J’ose affirmer que tout le monde espère ne jamais revivre cela et que les tunnels d’une telle longueur ne puissent plus être construits en bidirectionnels.
Alors pour la sécurité de tous, n’hésitez pas à déposer un oui à la réfection du tunnel routier du Gothard.