Police population, deuxième volet

par Luc Grandsimon | L’adjudant Christian Borloz, épaulé cette fois par le sergent major Christian Perret, ont durant 45 minutes exposé les réponses des habitants aux questions, ont détaillé les secteurs géographiques de la Police Population avec les noms des responsables et ont conclu cette réunion avec quelques moyens de prévention.

9,26% des ménages ont répondu aux questionnaires
Il y a en tout 5195 habitants dans la commune d’Oron. 2127 questionnaires ont été envoyés. 29 sont revenus anonymes et 168 nominatifs, ce qui donne un taux de 9,26%. L’adjudant de la gendarmerie Christian Borloz nous a confié que le maximum de pourcentage qu’il avait eu était de 25%, il n’était donc pas surpris du résultat. Nous n’allons pas vous donner les réponses à toutes les questions mais plutôt nous concentrer sur certaines. Ayez bien à l’esprit que les pourcentages qui sont donnés ont comme base les 207 habitants qui ont répondu aux questionnaires. La majeure partie de la population d’Oron se sent en sécurité, seuls 4,59 % sont très inquiets. A la question: «Quelle est l’heure de la journée où vous vous sentez le plus en insécurité?» les personnes ont répondu le plus entre 21h et 6h du matin (40,91%) et c’est au niveau de la gare de Palézieux et de ses environs qu’ils se sentent le plus menacés.

Une plus grande présence policière
Cette réponse à la question: «Pour quel délit la police devrait être plus active dans votre quartier?» arrive après celle des contrôles routiers et les problèmes de circulation. Les habitants semblent plus inquiets au niveau des infractions routières qu’au niveau de la drogue ou des vols par exemple.
Pour conclure cette analyse, 59,50% des habitants sont très satisfaits de la police quand ils ont eu besoin d’elle.

16 secteurs pour une meilleure vigilance
Suivant l’importance géographique de la commune (Oron est divisé en 5 secteurs), il y aura plus ou moins de responsables. Les responsables et les correspondants de chaque secteur seront identifiés par un autocollant sur leurs boîtes aux lettres. Ils auront comme tâche de communiquer les informations policières qu’ils recevront par mail ou courrier à leurs voisins et personnes habitant dans leurs secteurs. Ces informations peuvent être une plaque d’immatriculation de voiture ou des vagues de cambriolage. Si vous êtes victimes d’une infraction de la loi ou témoin d’un problème, votre réflexe doit rester de composer le 117. Les responsables et correspondants de secteurs ne sont là que pour la prévention. Dans le cas de suppositions en revanche, vous pouvez en discuter avec eux si vous le désirez.

La réunion s’est poursuivie par un petit récapitulatif des différentes infractions et comment les prévenir. L’adjudant Christian Borloz a expliqué de façon très pédagogique les problèmes de vol à la tire, d’effractions et d’arnaques possibles. Il a remis en garde les personnes présentes sur les dangers des faux policiers qui veulent s’introduire chez vous. Un cas s’est passé récemment dans la commune de Mézières: «De faux plombiers veulent faire des travaux chez vous. Vous n’êtes pas au courant et leur refusez l’entrée. Ils s’en vont et, quelques instants plus tard, des policiers en civil viennent vous dire qu’il y a de faux plombiers et vous demande s’ils peuvent entrer. A l’intérieur, ils chercheront à vous éloigner afin de vous voler. Un policier en civil doit d’abord vous montrer son badge. Vous pouvez noter son matricule et son nom et appeler la centrale pour une demande de vérification d’identité.» La soirée s’est achevée sur un verre de l’amitié.
La commune d’Oron est la 123e à accepter ce concept de «Police-Population».