Or doncques…

Le week-end est passé, nous avons voté et ceux qui n’auraient pas cédé aux charmes du devoir civique sont par conséquent priés de continuer à n’avoir aucun avis sur les décisions politiques de ces quatre prochaines années.
Que l’on se rassure, tout n’est pas encore terminé; pour le Conseil des Etats, le jeu des alliances improbables et du «qui-pousse-qui-où» est bien en cours… et nous avons jusqu’au 8 novembre pour tenter de comprendre ce jeu d’échec complexe qu’est la politique suisse; le bulletin du second tour ira-t-il bien dans la direction que nous voudrions qu’il aille, ou par un subtil jeu de leviers se révélera-t-il dirigé dans la direction opposée au vote désiré ? A nous de suivre attentivement ce jeu de piste…
Dans l’attente, le constat est frappant de reconnaître que nous sommes bel et bien Européens du fait que notre vote s’est bien dirigé dans la même direction que la majeure partie des pays nous entourant. A vrai dire nous serions même dans la mouvance mondiale…
Voilà qui est rassurant! Faire partie d’un groupe est sécurisant et, comme nous l’avons déjà vu en février 2014, la majorité a toujours raison…
Toutefois… pendant que la Suisse fait un grand pas à droite, nous pouvons remercier notre légendaire prudence vaudoise qui nous a tout naturellement orientés vers un choix tout en nuances et plein de bon sens: à droite oui, mais «charrette! t’en vas pas dévaler la dérupe comme un taborniau!» A nous de savoir si, au fond, nous ne serions pas retombés dans la Venoge…

Cet espace vous est offert
gracieusement pour la réflexion.