Nous prenons volontiers quelques sièges !

 Xavier Koeb, Maracon  |  En écho à l’éditorial d’Arvid Ellefsplass du 14 janvier, les socialistes du district Oron-Lavaux se préparent à prendre quelques sièges dans les conseils communaux et municipaux. A cette fin la «Régionale» du PS Lavaux-Oron a tenu son assemblée générale le 14 janvier à Cully sous la présidence de Markus Pichler. Les 4 sections, à savoir Pully, Lutry, Cully et Savigny-Oron étaient dûment représentées. La trentaine de membres présents, dont beaucoup de jeunes intéressés à notre avenir, ont pu entendre notre députée Muriel Thalmann, de Lutry, exposer les principaux problèmes débattus au Grand Conseil. Notre conseiller national Jean-Christophe Schwaab a brillamment narré les joutes verbales entre une majorité de plus en plus arrogante et la minorité socialiste, Verts et Verts-libéraux. C’est une lutte sans merci pour défendre, face aux puissants lobbies, la majorité silencieuse et résignée des citoyens lambdas. Résignée face aux hausses continuelles de l’assurance maladie. Et avec la suppression du moratoire bloquant l’installation de nouveaux médecins, y compris étrangers, il y aura pléthore d’offres, puis une hausse des consultations, donc une augmentation des primes.
Résignée face à la mal-bouffe, aux denrées alimentaires peu recommandables ou provenant du bout du monde. Curieusement à Berne, des élus PLR et UDC ont tenté de couler la loi fixant des critères pour garder la qualité suisse (Swissness). Paradoxalement ce sont les socialistes qui défendent la survie de nos paysans. Résignée face au lobby autoroutier qui veut nous faire avaler un deuxième tube au Gothard pour 3 milliards. Alors qu’on termine le plus long tunnel ferroviaire du monde, 57 km, capable de transporter un flot important de véhicules et qui coûte 22 milliards au contribuable.
Résignée face au démantèlement des services publics. On le voit, le travail, que ce soit au plan communal ou cantonal, ne manquera pas pour les futurs élus. Le Parti socialiste a d’ores et déjà de bons candidats, dont de nombreux jeunes pleins de fougue. Il s’agit d’être présent et actif dans les débats à venir. Comme toujours, la parole ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.