Les giratoires de la vie

Ana Cardinaux  |  Il ne faut pas revenir sur le passé, mais une conversation à la radio (j’écoute souvent la radio, surtout en voiture) s’articulait autour de nos décisions, dites rapides, prises à un certain moment de notre vie. Quand on exprime son amour en disant «je t’aime» nous n’avons qu’un quart de seconde pour répondre, puisque l’autre en face de nous n’attend pas qu’on lui dise: écoute je vais réfléchir, je te donnerai la réponse par SMS ou par écrit d’ici la fin du mois!
Ici on soulève un exemple d’ordre sentimental qui va peut-être changer toute une existence ; la personne se sentant vexée par la réponse négative va vivre une vie médiocre et n’osera plus avouer ses sentiments de peur d’être à nouveau rejetée.
D’autres rencontres mènent à un parcours professionnel complètement différent de celui rêvé, le cas imaginaire d’un ami bien intentionné, qui propose un emploi dans la finance alors qu’on déteste les chiffres… Le chômage n’aidant pas, on se retrouve comptable…
Nous évoluerons donc au gré des gens qui parsèment nos carrefours existentiels.
A chaque pas important, « un giratoire » nous propose plusieurs sorties ou même un double giratoire comme celui à l’entrée de Fribourg : là c’est garanti, chaque fois un automobiliste me klaxonne, car je ne suis jamais dans la bonne direction !