Le Suisse Marc Hirschi très beau vainqueur

Arvid Ellefsplass

 

Romain Bovy – La CôteBernard Morel  |  Les organisateurs du Tour du Pays de Vaud juniors, partis jeudi dernier de Carrouge pour s’achever dimanche à Vufflens-la-Ville, pouvaient-ils rêver d’un meilleur déroulement? Assurément pas. D’abord au niveau météo, à part un épisode pluvieux dans la première partie de la demi-étape de samedi matin, le temps a été très favorable. Sur le plan sportif ensuite, après avoir été durant 11 ans absent du palmarès, le cyclisme suisse a renoué avec le succès grâce à la remarquable performance de Marc Hirschi.

Le maillot jaune, à vrai dire, est resté suisse d’un bout à l’autre de l’épreuve. Après que Stefan Bissegger eut remporté le prologue puis conservé la tunique de leader le lendemain à Apples, c’est Marc Hirschi qui a fait la différence au cours de la journée de samedi. D’abord en provoquant l’échappée décisive dans la demi-étape du matin entre Ballaigues et Orbe. Ce jeune Bernois a pu se détacher dans la montée de Provence en compagnie de deux autres coureurs et ils ont terminé ensemble à Orbe, avec plus de deux minutes d’avance sur le peloton. Puis l’après-midi, il a pris la deuxième place du contre-la-montre, réussissant surtout à prendre du temps dans cet exercice particulier à ses deux compagnons du matin. Fort d’une belle avance au classement général, et avec l’appui de ses coéquipiers, il a pu contrôler la situation dans la dernière étape entre Penthalaz et Vufflens-la-Ville.

«Le Tour du Pays de Vaud, c’était mon gros objectif de cette première partie de saison, relevait Marc Hirschi. Je suis venu avec l’espoir de m’imposer et tout s’est passé parfaitement bien. En particulier dans le contre-la-montre où je ne pensais pas être aussi bien classé.» Entraîneur des juniors suisses, Daniel Gisiger ne cachait pas qu’il a été impressionné par Marc Hirschi. «Sans qu’il paie de mine, il est capable de briller en montagne et dans le contre-la-montre», soulignait-il. Pour sa part, le Morgien Robin Froidevaux a terminé au 15e rang. «J’aurais aimé me classer un peu mieux, mais au final, je ne suis pas mécontent», disait-il.

Autre point positif pour les organisateurs, la présence d’un nombreux public aux arrivées, que ce soit à Carrouge, Apples, Orbe ou encore Vufflens-la-Ville. Ce fut une belle fête populaire.

8e Tour du Pays de Vaud, message de M. le conseiller fédéral Guy Parmelin

Une course d’aujourd’hui pour les talents de demain

En sport, la compétition est moins l’occasion de dépasser autrui que de se surpasser soi-même. A ce titre, c’est un révélateur puissant de ses propres forces et faiblesses, et de sa capacité à mettre l’esprit au service du corps ou, s’agissant du vélo, la volonté à l’appui du mollet.

Le cyclisme, toutes disciplines confondues, compte un grand nombre d’adeptes dans notre pays. Le Tour du Pays de Vaud en est, depuis 1967, l’exigeante illustration, en plus d’être un creuset des talents à venir. L’édition 2016 n’a pas été avare en difficultés, puisqu’elle s’est déroulée sur une dénivellation totale de près de 5000 mètres. Pourtant, jamais les coureurs n’ont été aussi nombreux sur la ligne de départ, preuve qu’il existe encore une jeunesse entreprenante et courageuse face aux défis. Nous souhaitons bien évidemment qu’elle fasse des émules, en sport comme dans tout autre domaine d’activité.

Il convient ici de saluer l’engagement des organisateurs et des bénévoles qui œuvrent année après année au parfait déroulement de cette épreuve, tant pour l’épanouissement et la formation de nos jeunes coureurs que pour le plaisir des spectateurs. Qu’à cette reconnaissance soient pleinement associés les entraîneurs, le personnel d’encadrement et les sponsors qui font en sorte, avec professionnalisme et avec passion, que le cyclisme demeure un sport d’avenir.

Guy Parmelin, conseiller fédéral, chef du Département fédéral de la défense,
de la protection de la population et des sports

 

Jour par jour

Bertrand Duboux  |  JEUDI 26 MAI – Prologue à Carrouge

Stefan Bissegger, le puncheur, vainqueur du prologue

Dans une ambiance villageoise très appréciée, le départ du 48e Tour du Pays de Vaud a été pris par 145 coureurs de 25 équipes dont les 24 premières du classement mondial UCI.

Un départ qui a magnifiquement réussi à l’équipe de Suisse puisque Stefan Bissegger a enlevé le prologue avec 2 secondes d’avance sur l’Américain Brendan McNulty et 5 sur le Danois Julius Johanssen. On trouve encore Marc Hirschi, le champion suisse en tête, récent vainqueur du Tour de Berne, à la cinquième place à 6 secondes. Une performance collective qui laisse bien augurer de la suite des événements, même si l’équipe des Etats-Unis, qui a fourni quatre des vainqueurs des six dernières éditions du TPV, est superbement armée pour jouer encore les premiers rôles sur les étapes à venir. Pour Stefan Bissegger (18 ans), il s’agit d’un succès qui confirme les qualités de puncheur qu’il avait révélées l’an dernier déjà après sa victoire le dernier jour, à St-Prex.

Romain Bovy – La Côte  |  VENDREDI 27 MAI – 1re étape Bofflens-Apples

L’Italien Covi l’emporte au sprint. Les Suisses ont fait parler d’eux

Une étape spectaculaire qui a connu un dénouement en apothéose à Apples. A une centaine de mètres de l’arrivée, le peloton rattrapait quatre échappés, dont le Suisse Marc Hirschi, qui finira au pied du podium. La gagne s’est décidée au sprint et à ce petit jeu-là, c’est l’Italien Alessandro Covi qui, après 117 km de course, s’est imposé avec une facilité déconcertante.

Sous un soleil de plomb, les jeunes Suisses n’ont pas flanché, loin s’en faut. La belle surprise du jour est venue de Jonas Döring (17 ans) dont le pari de partir seul en tête dès les premiers hectomètres a été récompensé du prix de la combativité, et Stefan Bissegger a réussi à conserver son maillot jaune un jour de plus, «cette étape me convenait moins au vu de mon gabarit un peu trop lourd pour les côtes», rigolait Bissegger, déjà vainqueur d’une étape dans ce même tour il y a une année. Dans la lignée de Fabian Cancellara et Stefan Küng, la Suisse pourrait bien voir se révéler un nouveau rouleur de toute grande qualité dans les années à venir, un vrai puncheur prêt à briller dans les grandes courses.

«Cette étape a été tout simplement parfaite. Il a fait grand beau, le parcours était juste magnifique et les coureurs ont offert beaucoup d’animation, que ce soit à l’avant de la course ou dans le peloton. Sincèrement, avec en plus tout ce monde à l’arrivée, c’est une des plus belles étapes que j’aie vues!» Et pourtant, Alain Witz n’en est plus à sa première course.

Pierre Blanchard – La Région Nord vaudois  |  SAMEDI 28 MAI – 2e étape Ballaigues-Orbe et contre-la-montre à Orbe

Samedi jaune pour Marc Hirschi, à Orbe

Le Suisse Marc Hirschi a été l’homme des deux étapes de samedi. Deuxième de la course en ligne matinale entre Ballaigues et Orbe et deuxième du contre-la-montre de l’après-midi. Il termine sa journée en tête du classement général, avec en prime le dossard du prix de la combativité. La météo n’a pas souri à Ballaigues, en effet, les quelque 120 coureurs rescapés de la première étape, sont partis sous une pluie battante. Une chute collective à Rances a entraîné la neutralisation de la course à Essert-sous-Champvent. Par la suite, Marc Hirschi a dynamité le peloton dans la montée sur Mutrux. Au bas de la descente de Mauborget, ils n’étaient plus que trois. Sur la ligne d’arrivée le Kazakh Dinmukhammed Ulysbayev bat au sprint Marc Hirschi, alors que l’Autrichien Félix Gall, champion du monde en titre, termine troisième à 6 secondes. Marc Hirschi a alors endossé le maillot jaune. Le Suisse, originaire du même village que Fabian Cancellera, a ensuite confirmé son état de forme en prenant la deuxième place du contre-la-montre.

Epreuve disputée l’après-midi entre Orbe et Orny sur 12,1 km avec pour hors-d’œuvre la montée de la rue des Moulinets juste avant l’arrivée. Le Bernois a été battu par l’Américain Brandon Mounthy à qui il concède 2’65. Il est suivi par son coéquipier Stefan Bisseger.

Bertrand Duboux  |  DIMANCHE 28 MAI – 3e étape Penthalaz – Vufflens-la-Ville

Marc Hirschi, beau vainqueur du TPV 2016… comme Cancellara et Michael Schaer avant lui

Victoire finale du champion suisse Marc Hirschi. Bien entouré par ses équipiers, le jeune Bernois n’a pas fléchi sur les 105 kilomètres de la dernière étape qui proposait tout de même quatre GP de la montagne et 1754 m de dénivellation. Deux boucles d’un parcours vallonné au cœur du Gros-de-Vaud qui a suscité de nombreuses tentatives d’échappée et fixé la moyenne du jour à 44,200 km/h!

Cette édition 2016 du TPV comble une très belle équipe de Suisse qui triomphe au classement individuel et par équipes avec Marc Hirschi, Stefan Bissegger (vainqueur du prologue à Carrouge et 9e à 3’22), Robin Froidevaux (15e à 4’01), Reto Müller et Joab Schneiter, alors que Léon Russenberger a abandonné lors de la 1re étape vers Apples. Un bilan qui réjouit le coach national Daniel Gisiger qui voit poindre une nouvelle génération de grande qualité et porteuse d’espoirs tant sur route que sur piste.

A l’heure où Fabian Cancellara (vainqueur en 1999) s’apprête à mettre un terme à sa carrière, c’est un jeune Bernois du même village et du même club qui réussit à inscrire son nom au palmarès du TPV après deux années de domination du Franco-Américain Adrien Costa. Marc Hirschi s’affirme comme un coureur complet, malgré un petit gabarit, qui force l’admiration.

Au classement final, il devance de 41 secondes son poursuivant. Un exploit qui, côté suisse, n’avait plus été réalisé depuis la victoire de Michael Schaer en 2004. De quoi le rendre fier de sa magnifique performance et de lui ouvrir la porte d’une carrière prometteuse.

 

Sécurité

Arvid Ellefsplass  |  L’Amicale des motards du Tour du Pays de Vaud (AM-TPV) est presque aussi ancienne que le Tour du Pays de Vaud lui-même. A la fin des années 60, une vingtaine de passionnés du deux roues décidèrent de joindre l’utile à l’agréable en encadrant le TPV. Ces plantons mobiles, aidés des forces de l’ordre et de quelques bénévoles locaux, suffisaient pour sécuriser le parcours d’une course qui, déjà, allait grandissant.

Mais les temps ont évolué, la gendarmerie ne peut plus s’engager autant qu’auparavant, l’urbanisation du canton a explosé et la demande de bénévoles pour cette manifestation aussi. Partie d’une vingtaine, l’AM-TPV compte aujourd’hui environ 150 membres dont une septantaine ont répondu présent pour cette édition 2016, évitant ainsi un certain nombre d’incidents qui auraient pu s’avérer catastrophiques.

La présence de motards dans une course cycliste est un impératif sécuritaire. Voitures à contre-sens, tracteurs ou simples promeneurs, tout peut devenir dramatique en quelques secondes. Avoir une minute d’avance s’avère souvent primordial.

Les plantons-volants de l’AM-TPV, de par leur mobilité et leur rapidité, permettent la sécurisation du tracé en protégeant le peloton autant que le coureur isolé; quelques dizaines de minutes avant l’arrivée de la course, ils sont déjà sur place. Les rues adjacentes, les carrefours et les ronds-points sont alors contrôlés et verrouillés, la course peut passer. Après le passage, il s’agit alors d’aller se replacer en avant de la course et recommencer.

Le bénévolat est la caractéristique principale qui rend possible le Tour du Pays de Vaud; du directeur du TPV au planton habitant du village, en passant par le motard-sécurité de l’AM-TPV, personne ne compte ses heures; seule la passion de la réussite de cet événement compte… et quel plaisir quelques années plus tard de voir un Cancellara émerger, le même qui avait traîné ses socques sur les routes du pays!