La Revue: « Politiquement pauvre mais diablement drôle »

Gil. Colliard  |  Quand la série culte des années 70 «Amicalement vôtre » devient « Politiquement pauvre ». Quand Roger Moore prend les traits d’un Donald Trump à la mèche folle et que le sourire de Tony Curtis se voit remplacer par le faciès hermétique de Kim Jong, c’est que le cinéma politique dont nous abreuvent les médias a été revisité par la joyeuse équipe de la Revue de Thierrens et promet de bons moments.

Quatorze représentations du 18 novembre au 10 décembre 2016

La Revue annuelle organisée par le FC Thierrens, depuis 1978 avec la formule «raclette», attire un public toujours plus nombreux issu de toute la Romandie; certains tentent déjà de réserver dès juin alors que la création du spectacle a à peine commencé. Qu’est-ce qui en fait le succès et surtout la pérennité? C’est tout d’abord une équipe de copains qui aiment s’amuser et qui transmettent ce plaisir. On vient pour se détendre et pas pour se prendre la tête. Tout est à la bonne franquette. Les juniors du club de foot servent les raclettes. C’est d’ailleurs ainsi que Christian Crisinel, à la tête de la Revue pour la 5e année, a commencé. Cet événement attendu ne traite pas de thèmes locaux mais de ceux qui parlent à tous. Les cinq auteurs fidèles, amicalement épaulés par Thierry Meury et Bouillon, décortiquent l’actualité, la pimentant à la sauce satirique tout en se moquant des diktats en tous genres. «Les gens aiment à y retrouver des têtes ainsi que des thèmes inusables tels le vieux couple vaudois qui s’engueule, le gendarme, etc.», précise Bouillon, le père de la Revue. «L’esprit d’équipe du foot se retrouve dans le spectacle, on a plein de jeunes qui arrivent avec leurs idées et leurs qualités. Tous âges confondus, nous avons le même état d’esprit. Les bénévoles sont là pour faire tourner la baraque de générations en générations», précise-t-il, fier de cette relève.

Le rire, récompense de la troupe

Selon la soirée, raclette, papet vaudois et fondue se dégustent en première partie. Environ 90 personnes sur scène ou en coulisse assurent la bonne marche des représentations qui sont passées de 12 à 14 depuis l’an dernier. Bien que celles-ci se remplissent rapidement, il reste bien sûr encore des places disponibles pour les différentes soirées. Auteurs et acteurs n’hésitent pas à se mêler au public, transmettant leur bonne humeur communicative et donnant à ces rencontres une touche familiale appréciée. Quelque peu déçu par le manque d’enthousiasme de la commune de Thierrens qui fait preuve d’un esprit tatillon, Christian Crisinel se réjouit d’entendre se déclencher le rire des spectateurs lors de la première. «Faire partie de ces petits souvenirs impérissables de la vie des gens, représente le salaire des bénévoles», ajoute-t-il.

La «Trumpattitude»,  La Marine aux Shadocks, Donald Duck aux Ricains, le doux Vlad pour asseoir les Brigands du Caucase, les dictatures en tous genres, une partie de MonopoLAT, un défilé de burkinis, un petit tour avec une agence de voyage syrienne, etc. Ça vous dit? Rendez-vous à la Revue de Thierrens !

Réservation obligatoire au 021 905 40 18 du mardi au vendredi de 11h30 à 13h30 et de 18h à 20h – Places réservées et numérotées

Ouverture des portes à 19h et à 11h30 le dimanche – Spectacle uniquement: dès 20h40 en soirée et 13h30 le dimanche.