La liberté de…

Ana Cardinaux-Pires | On dit que la vérité sort toujours de la bouche des enfants.
Un groupe d’enfants tente de répondre à la signification du mot «liberté». Le premier lève la main et prononce très sérieusement:
– La liberté c’est les morts !
Un grand silence s’abat sur la salle. Alors il ajoute:
– Mais oui, les avis mortuaires dans le journal «La Liberté».
Un autre petit poursuit:
– Je ne suis pas libre, je dois faire les devoirs et obéir à mes parents.
Ou plus inattendu, l’avis d’une fillette:
– Je ne me sens pas libre parce que je dois ramasser les crottes du chien !
A l’âge de huit ans ils ont déjà compris que la liberté s’arrête là où commence celle des autres. A voir les actes terroristes dans le monde, et plus près de chez nous, dernièrement à Paris, le droit de vivre et de s’amuser en toute liberté a été et est quotidiennement bafoué, souvent au nom d’une religion.
Est-ce que les mots auront assez de poids contre un endoctrinement moyen-âgeux ?
La solidarité des gens suite aux attentats démontre que nous ne sommes pas près de nous laisser intimider. Heureusement, car dans certains points du globe la population n’a que le droit de se taire…