Dominé par l’informatique, le courrier postal n’est plus à la mode

Gérard Bourquenoud | Et pourquoi? Parce que le monde actuel ne prend plus la peine d’écrire une carte postale ou une lettre à son entourage ou à des amis. La plume et le stylo restent au fond d’un tiroir, donc le courrier écrit à la main devient chaque jour plus rare. Il n’y a plus que les SMS sur le portable et les e-mails sur l’ordinateur qui fonctionnent jour et nuit sur les cinq continents. Et ces moyens de communication ne sont pas uniquement utilisés par les adultes, mais de plus en plus par les jeunes et même par les enfants à peine sortis du berceau. Et avec la tablette qui fait son entrée à l’école primaire, les futures générations seront incapables d’écrire une lettre de leur propre main. Et pourtant c’est un réconfort de la recevoir et de la lire. Il est vrai que la rédaction exige du temps, de la réflexion sur le vocabulaire à utiliser, à chercher les phrases et l’orthographe des mots. Tout cela fatigue le cerveau, tandis qu’avec l’électronique c’est plus court et bien plus rapide. Une évolution qui emballe la jeunesse d’aujourd’hui. Il faut simplement espérer que demain, tout un chacun soit au moins capable de signer son nom de sa propre main.
Au mois de décembre dernier, j’ai écrit une vingtaine de cartes pour les fêtes, cinq destinataires seulement m’ont gratifié d’un gentil message de fin d’année. Je me souviens qu’il y a un demi-siècle, la boîte aux lettres était envahie de correspondance écrite à la main et que l’on prenait la peine de découvrir le contenu qui réchauffait le cœur. A l’heure actuelle, ce courrier sympa très apprécié a été remplacé par une montagne de publicité dont une partie finit à la poubelle, sans avoir été lue. Quelle chance de découvrir encore quelques journaux régionaux qui ont pour effet de nous distraire à l’heure du café ou du petit déjeuner. Mais pour combien de temps encore! Et que dire de la Poste suisse qui, bien qu’étant équipée d’installations dernier cri pour le tri du courrier, ce dernier en courrier A n’arrive parfois que le surlendemain, alors que le courrier B met quatre à cinq jours pour atteindre son destinataire.
Nous vivons une époque où les nouvelles du monde entier nous arrivent à la vitesse d’un éclair, aussi bien par internet que par la télévision et la radio. Autre révolution récente, le numérique et la fibre optique qui font que la communication est encore plus rapide et semble-t-il plus parfaite. Les passionnés de l’électronique n’ont même plus le temps de penser à leur famille, de s’accorder une sieste, une récré ou de pratiquer un sport. Un train de vie qui n’enchante pas nos grands-parents dont la plupart n’arrivent plus à suivre une telle évolution.
Ne pensez-vous pas qu’il serait de bon ton d’humaniser la jeunesse à l’écriture manuscrite pour que la correspondance dans notre société, entre les membres de la famille et les amis, puisse conserver sa place et enrichir le quotidien. Pour cela, les jeunes se doivent de prendre exemple sur les moins jeunes pour échanger du courrier écrit à la main, à la plume ou au stylo, selon les goûts, même si la Poste vous oblige à affranchir l’enveloppe pour atteindre son destinataire.