Deuxième tube au Gothard : réaction et correction

Xavier Koeb, Maracon  |  MM. Pierre Favre et Jean-Marc Genton ne parlent que de sécurité, d’accidents, d’incendies en rapport avec le seul trafic routier dans un tunnel. Un incendie dans un tunnel routier est, bien sûr, terrible. Cette simple constatation devrait éclairer les esprits, si on oppose accidents routiers et accidents ferroviaires. Ces intervenants, respectivement ingénieur civil et sapeur-pompier, semblent totalement ignorer qu’un magnifique tunnel ferroviaire au Gothard sera très bientôt mis en service. Les trains internationaux pourront y circuler en toute sécurité à plus de 200 km/h. Ce sera le plus long tunnel ferroviaire du monde avec 57 km. Et nous obtiendrons pour cela des «félicitations de toute la Suisse et de l’Europe» pour reprendre les mots de M. Favre qui, lui, désigne le deuxième tube routier! Ignorer ce tunnel qui aura coûté 20 milliards aux contribuables suisses c’est manquer totalement d’objectivité. D’autant qu’il sera aisé d’y faire circuler le fameux ferroutage demandé par une majorité de citoyens suisses lors de l’acceptation de l’initiative des Alpes en… 1994. La force du lobby des routes et des transports est gigantesque. Les riverains des autoroutes et les habitants des villages du Tessin et d’Uri n’en peuvent plus de ce trafic routier. Alors je pose la question aux partisans d’un deuxième tube au Gothard: à quoi servira ce tunnel ferroviaire à 20’000 millions?
A balader les touristes? Avec le trafic routier supplémentaire provoqué par les quatre voies, ils risquent bien de fuir ce beau coin de pays.