Collectionner ses déchets ?

Services industriels – Prenons le temps d’attendre

Les sacs s’accumulent dans les corridors de l’appartement

Thomas Cramatte | Si la plupart des déchetteries du district ont maintenu leurs portes ouvertes, les recommandations de la Confédération se sont faits ressentir sur la manière de gérer les déchets. Pour éviter les files d’attente à l’entrée des lieux de recyclage, de nombreux détritus finissent à la poubelle. Cette pratique contraire aux habitudes de tri des Helvètes est le résultat logique des restrictions actuelles. Pourtant, le recyclage des denrées périssables fonctionne actuellement sans anomalie et les déchets continuent à être ramassés. Depuis le début de la « situation extraordinaire », l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a établi une politique précise pour l’évacuation des déchets tout en minimisant les risques de contaminations. « Un système d’accès au compte-gouttes doit être mis en place, seuls les déchets périssables sont admis et les règles de comportement doivent être affichées de façon visible dans le périmètre des lieux de recyclage », communique le site internet de l’OFEV. Ainsi, l’accès aux déchetteries est restreint à 5 véhicules à la fois. Cet accès dit au « compte-gouttes » génère des files d’attente parfois importantes et décourage certains citoyens à trier leurs déchets, voire les rendent irrespectueux envers le personnel. 

Personnel en déchetterie

L’arrivée de la pandémie a contraint une partie de la population à prendre des risques pour le maintien de notre système. Commerces alimentaires, services de police, ouvriers, crèches d’urgence, personnel soignant et personnel de déchetterie continuent à exercer leurs fonctions. « Le personnel de la voirie est au front tous les jours, ils prennent des risques pour maintenir ce service, nous leur devons d’être reconnaissants », indique Christian Bays en charge du dicastère des déchets à la commune d’Oron. Pour le municipal, il est important de rappeler que la pandémie actuelle provoque des décès et que d’attendre plus que la normale n’est finalement pas bien grave.

Prenons le temps d’attendre

Comme beaucoup d’autres secteurs, la pandémie touche la levée des déchets. Si le ramassage des ordures est ralenti, c’est également le cas pour toute notre société. Car même si personne n’aime attendre, la situation actuelle n’est-elle pas une invitation à ralentir ? L’occasion d’écouter une émission de radio en attendant son tour à la déchetterie, de contempler le printemps exceptionnel depuis sa voiture, de se cultiver sur sa région en lisant le journal local ou d’adresser un regard sympathique à son prédécesseur. Toutes ces choses simples qui font que cette période si particulière nous rapproche, et ce, malgré le fait de collectionner les déchets pour quelque temps.