Ce que j’ai envie de dire à Guy-Philippe Bolay

Philippe Hierholtz, Chexbres  |  Cher Monsieur,
Votre article dans Le Courrier du 4 février m’interpelle.
Dans une première partie vous développez que ce «boursicotage» rapporte des cacahuètes et est insignifiant sur le prix des matières premières alimentaires arrivant au consommateur.
On serait prêt à vous croire si… vous ne précisiez en seconde partie que ce négoce représente 4% du PIB et emploie 10’000 personnes en Suisse.
4% du PIB suisse soit 4% de 634’854 millions (2013) = 25’400 millions soit environ 25 milliards. Ça fait beaucoup pour du boursicotage où le seul travail consiste à acheter au plus bas et revendre au plus haut quelque chose que vous n’avez jamais produit, touché, senti, soupeser, reniflé, avalé ou autre… Quelque chose dont vous n’avez pas besoin.
C’est juste du parasitage…
Soit il est insignifiant…
Soit il représente beaucoup.
Dans tous les cas c’est du pouvoir d’achat piqué manu militari sur tout ce que nous achetons soit 5% de notre pouvoir d’achat.
Et pour beaucoup c’est volé sur ce qu’il leur reste pour manger… s’il reste quelque chose.
Je vous souhaite dans votre petite vie d’hypernanti d’avoir toujours assez de petite monnaie pour pouvoir manger.
Votre prise de position est savoureusement courageuse, généreuse et passablement inconsciente et immorale. Avec le PLR on a hélas l’habitude d’avoir honte d’être Suisse.
Je vous en félicite. Vous êtes dans la voie. Restez-y.
PIB / habitant 2014 = 78’432
PIB suisse 2013 = 634’854 millions
Avec meilleures salutations