90 ans de Maurice Barbey

Jean-Pierre Lambelet | Né le 7 mars 1925 aux Monts-de-Corsier, Maurice Barbey se souvient tout juste de son arrivée à Puidoux avec ses parents le 1er avril 1928 «aguillé» sur un char tiré par un cheval.
La famille s’est installée au lieu-dit Les Chaux, au pied du Mont-Cheseaux, pour y cultiver un domaine agricole. Pas de tracteur à l’époque, toutes les tractions étaient faites par des chevaux ou des bœufs.
Maurice suit sa scolarité à Puidoux-Village tout en participant aux travaux de la ferme.
A l’âge de 14 ans, plus précisément le 2 septembre 1939, son papa est appelé sous les drapeaux lors de la mobilisation générale de l’armée suisse durant la
Deuxième Guerre mondiale. Il est marqué par cette date. Pour un adolescent, c’était traumatisant de voir son père partir à la guerre…
Lui-même va suivre son école de recrues dans la troupe des cyclistes à Winterthour en 1945.
Quand on est jeune, il y a les copains, les rires, les amours et l’amour de la musique. L’amour de la musique d’abord. En effet, Maurice Barbey faisait partie de cette équipe qui fonda la Fanfare Echo des Rochers le 5 février 1947 à la laiterie de La Lôche. Il avait du souffle à l’époque pour faire retentir son alto mi-bémol dans cette jeune fanfare!
Avec l’amour de la musique, il y a aussi l’amour tout court…! Le 19 avril 1952, Yolande Bonnefoy quitte Bussigny-sur-Oron pour devenir Yolande Barbey à Puidoux. Et c’est ainsi que Sylviane, Christian et Anne-Françoise égayeront la maison des Chaux par leur joie enfantine.
Mais le domaine agricole est petit et il faut bien nourrir la famille. Donc, Maurice s’engage en 1964 à la CIPAG (Compagnie industrielle pour l’application du gaz) à Vevey avant de racheter en 1969 la scierie de La Raisse et d’aller travailler en parallèle à la Placette de Vevey.
La scierie, sa scierie, c’est un peu sa vie, sa passion. Il l’exploitera même au-delà de l’âge de la retraite. Il en a passé de l’eau sous la scierie. Et les enfants ont grandi, s’en sont allés vivre en d’autres lieux, et David, Thomas et Nelson ont réjoui le cœur des nouveaux grands-parents…
Aujourd’hui Yolande, sa chère épouse, est pensionnaire de l’EMS La Faverge à Oron, et lui, reste seul dans sa maison des Chaux.
En ce jour de célébration, il y avait un peu plus de monde que d’habitude car il était entouré par sa fille Sylviane et son beau-fils Ali Salad, ainsi que de Romain Dériaz, son tuteur.
Sa fille Anne-Françoise, malade, et son fils Christian, au travail, le rejoindront plus tard.
René Gilliéron, syndic de Puidoux, Geneviève Butticaz, pasteure, et Daniel Chaubert, président du Fil d’Argent, sont venus lui adresser tous leurs vœux de santé et de paix avec quelques cadeaux.
Bon anniversaire M. Barbey, et à votre santé!