Sansonnens à sensation !

Julien Sansonnens primé

Remise du prix Edouard Rod à la Fondation L’Estrée à Ropraz

Avec son nouveau roman, Julien Sansonnens surgit de nulle part pour nous mettre une claque littéraire.

Thomas Cramatte  |  Le jeune écrivain installé à Fully, en Valais, est lauréat du prix Edouard Rod 2019 pour son nouveau roman L’enfant aux étoiles. Mis sur pied par Jacques Chessex en 1996, le prix Edouard Rod a pour but de promouvoir une écriture de qualité. Il est décerné comme à l’accoutumance à la Fondation
L’Estrée à Ropraz.

Jean-Michel Olivier, président du Jury, nous exprime son point de vue sur cet ouvrage lors de son discours d’introduction: «Nous sommes honorés de décerner ce prix à Julien. Dans cet ouvrage, l’auteur nous fait part d’une écriture précise, limpide, coupante, car Sansonnens a du style». L’enfant aux étoiles nous livre une sorte de reportage qui trouble nos consciences. L’auteur pose toutes sortes de questions de justice, de grandeurs ou de spiritualité. On ne peut que saluer cette justesse d’écriture. Avec une technique proche du collage, les écrits de Sansonnens sont emplis de réalité. Sensible à l’humain et à l’émotion que celui-ci dégage, l’écrivain joue avec les descriptions; ses romans parlent souvent de fuite, comme si une vie meilleure se trouve ailleurs.

A la recherche de cette vie meilleure ?

Avec L’enfant aux étoiles, il revient 24 ans plus tard sur les événements tragiques de l’Ordre du Temple Solaire. Les victimes étaient-elles justement à la recherche de cette vie meilleure?

Médiatisé dans le monde entier, le sort funeste de l’OTS questionne toujours autant et de nombreux aspects demeurent encore inconnus de nos jours.

L’écrivain revisite toute l’affaire sans jugement, sans idée reçue, et c’est sa force. Une force qui emmène le lecteur dans l’intimité de l’Ordre du Temple Solaire. Julien Sansonnens a cherché à rentrer dans une écriture littéraire et non pas journalistique ou policière. C’est la recette de ce livre. Recette d’une incroyable efficacité qui maintient grands ouverts les yeux des lecteurs. Et ce, une fois la première page achevée.

«Près de 2 ans de documentation ont été nécessaires», précise Julien en débutant ses mots de remerciement. Emu d’être lauréat, Julien explique les difficultés qu’il a affrontées en rédigeant ce texte. «A force de s’intéresser aux acteurs du Temple Solaire, les victimes et même les gourous ont fini par exercer un pouvoir sur moi», précise Julien plein d’émotion. 
Même une fois le livre achevé, il n’a pas été facile de se distancer de cette affaire.

Ce prix est comme une réponse aux doutes de Julien. Ces doutes, auxquels chaque écrivain doit faire face, des doutes de compréhension qui affectent inévitablement l’écriture. Pourtant, le doute enrichi, et avec ce premier prix littéraire, Julien acquiert une confiance toute particulière pour l’écriture de son nouveau projet.

De gauche à droite : Corinne Renevey, Mousse Boulanger, Julien Sansonnens, Jean-Michel Olivier, Jean-Dominique Humbert, Olivier Beetschen